Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

SAINT MAUR en Poche 2013A noter que « Saint-Maur en Poche », le 5ème Salon international du Livre de Poche, se déroulera les 22 et 23 juin à Saint-Maur-des-Fossés.

 

 

 

 

 

 

« Quand rentrent les marins » d’Angela Huth – Ed. Quai Voltaire

ANGELA HUTHMyrtle est aussi réservée, sage et modeste qu'Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port perdu au fin fond de l'Écosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le lot quotidien est lié à chaque caprice de l'océan, au retour de leur homme, aux rumeurs qui enflamment tout le village dès qu'un étranger en frôle le pavé... Patiemment, Myrtle s'emploie à calmer les tocades passagères de son amie et à pallier sa négligence à l'égard de Janice, l'unique fille d'Annie. Jusqu'au jour où survient le pire, et où le drame emporte avec lui tous les remparts contre les déchaînements des passions. Contre ces non-dits qui éclatent avec d'autant plus de force qu'ils ont été si savamment et si longtemps protégés.

 

« Les reflets d'argent » de Susan Fletcher – Ed. Plon

SUSAN FLETCHERUne légende raconte qu'il y a très longtemps un homme, pleurant son amour perdu, entendit en marchant sur une plage de l'île de Parla, une voix portée par le vent, ces mots comme soufflés par la mer : l'espoir existe. Il se tourna alors vers la mer, et vit un homme au loin, flottant à son aise dans l'eau déchaînée. L'homme plongea et ne reparut pas. Il avait une queue de poisson. Certains le prirent pour un fou, d'autres le crurent, car cette île avait toujours charrié drames et miracles, et porté les hommes qui y vivaient comme des éléments naturels, composant sa force. L'homme retrouva celle qu'il aimait et vieillit avec elle sur les rives de l'île. Ce jour-là, sur cette même rive, le jeune Sam Lovegrove découvre le corps d'un inconnu, il s'approche terrorisé, croyant faire face à un cadavre. Puis recule en criant, car l'homme n'est pas mort. Colosse battu par les vagues, l'homme a survécu. Sam court chercher son père, son oncle et son cousin, pour l'aider à transporter le corps chez l'infirmière de l'île, Tabitha. Pour Tabitha, comme pour les quatre hommes, cette apparition est troublante, tout comme les cheveux noirs et la barbe de cet inconnu, qui réveillent les souvenirs d'un disparu. Personne n'a revu Tom depuis quatre ans. Et à présent que la rumeur de l'apparition se répand sur l'île, de proche en proche, jusqu'à la veuve de Tom, les légendes semblent tout à coup plus réelles, les hommes semblent soudain réécrire l'histoire de l'île, ramasser ses mythes sur le rivage, leurs espoirs bouillonnant dans les flots comme autant de reflets d'argent sous le vent.

 

« Inspecteur Van der Valk - L'Amour à Amsterdam ; Frontière belge ; Coup double ; Psychanalyse d'un crime ; Le Roi d'un pays pluvieux » de Nicolas Freeling – Ed. Omnibus

"NICOLAS FREELINGSi je ne suis pas un trop mauvais policier, c'est parce qu'en règle générale je sais rapidement établir des contacts avec les gens. Je leur parle librement et je leur donne la tentation de me parler à cœur ouvert. Alors je peux les flairer, les tâter, les goûter, et je sens que je commence à les comprendre". Ainsi se décrit l'inspecteur-chef Piet Van der Valk du service des Recherches criminelles de la police d'Amsterdam. Patient, voire têtu, curieux et obstiné, il s'intéresse plus aux personnes qu'aux faits, montre de la compassion pour les victimes autant que pour les coupables ; pour son approche humaniste de ses enquêtes, pour l'empathie dont il fait preuve, l'inspecteur Van der Valk a souvent été comparé au commissaire Maigret, un Maigret des brumes flamandes, des canaux d'Amsterdam et des marécages du plat pays. Dans L'Amour à Amsterdam, Van der Valk interroge longuement Martin, suspecté de meurtre, dont il doute de la culpabilité ; dans Psychanalyse d'un crime, il enquête sur une affaire de chantage ; dans Coup double, il s'immerge dans le quotidien d'une petite ville qu'un corbeau inonde de lettres anonymes ; il est témoin dans Frontière belge d'un accident de voiture où un musicien célèbre trouve la mort tandis que sa fille, légèrement blessée, va attirer l'attention de l'inspecteur par son comportement ; et enfin, dans Le Roi d'un pays pluvieux, il est à Cologne sur les traces de l'héritier d'un grand trust industriel qui a disparu en enlevant une jeune fille.

 

 

Dan Wells…

DAN WELLS - SERIAL KILLER« Je ne suis pas un serial killer » - Ed. Pocket

John Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais, conscient de son cas, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ?

 

DAN WELLS - MR MONSTER« Mr Monster » - Ed. Pocket

Dans Je ne suis pas un serial killer, le jeune John Wayne Cleaver était la proie de pulsions effrayantes et redoutait de devenir un tueur en série. Aujourd'hui il n'a plus de doutes : un assassin, qu'il a surnommé Mr Monster, sommeille en lui, susceptible de se réveiller à tout instant. Ce qui, étrangement, n'a pas que des mauvais côtés. Sans Mr Monster, John n'aurait jamais pu débarrasser sa petite ville du tueur qui y sévissait. Mais à présent il n'est plus du tout sûr de pouvoir maîtriser son côté obscur. D'autant qu'autour de lui nombreux sont les importuns qui mériteraient d'avoir affaire à Mr Monster. Sans compter ces nouveaux cadavres qui apparaissent aux quatre coins de la ville et cet inspecteur du FBI qui commence à sérieusement le suspecter d'être impliqué dans les meurtres. Il va ainsi devenir de plus en plus difficile de tenir les rênes à ses démons. Plaisir coupable auquel il serait tragique de prendre goût…

 

DAN WELLS - NOBODY« Nobody » – Ed. Sonatine

Si l’envie vous prend de jouer au chat et à la souris avec un serial-killer, dites-vous bien que vous serez toujours la souris. L’avertissement, qui vaut pour tout le monde, ne semble avoir aucune prise sur John Wayne Cleaver. Obsédé par les tueurs en série, celui-ci n’a en effet aucun scrupule à entrer dans le jeu. Il faut dire que John a un atout de taille dans sa manche : des pulsions homicides incontrôlables. Il lui arrive en effet à lui aussi, de temps à autre, de se transformer en monstre assoiffé de sang. Aussi a-t-il décidé de s’attaquer aux éléments les plus meurtriers de la société plutôt que de s’en prendre à d’innocentes victimes. Cette fois, le serial-killer qu’il a choisi de défier en l’attirant dans sa petite ville tranquille de Clayton se nomme Nobody. Après quelques interminables semaines d’attente, des meurtres commencent enfin à ensanglanter Clayton. Nobody est bel et bien là. Et la partie peut commencer. Fidèle à son habitude, Dan Wells nous offre un nouveau cocktail d’humour noir et de suspense. Servi bien frappé

 

 

« L'origine du silence » de Jed Rubenfeld – Ed. Pocket

JED RUBENFELDNew York, 1920, onze heures du matin. Dans une énorme déflagration, Wall Street vient d'exploser. Un attentat à la bombe que les autorités n'hésiteront pas a taire endosser aux anarchistes... Mêlés malgré eux à ce drame, le policier Littlemore et l'ancien disciple de Sigmund Freud, Stratham Younger, contemplent les dégâts. D'une Amérique bruissante de complots à une Vienne en ruine, les chercheurs de vérité vont-ils parvenir à briser le silence ?

 

 

 

Stanislas Rigot

Libraire - Lamartine - Paris 

 

« 7 jours » de Deon Meyer – Ed. Seuil

DEON MEYER - 7 JOURSBenny Griessel, déjà rencontré dans Le Pic du diable et 13 Heures, est un flic atypique dans le paysage du roman policier. Alcoolique, certes (comme plus d'un confrère fictionnel), mais sincèrement cramponné à son nouveau vœu de sobriété, et fragilisé par la piètre opinion qu'il a de lui même. Déchiré entre les échecs de sa vie privée et son exceptionnelle conscience professionnelle, Griessel est ici confronté à un ultimatum : un mystérieux imprécateur menace, dans des mails délirants, de tuer un policier par jour tant que le meurtrier de la jeune et belle avocate d'affaires Hanneke Sloet n'aura pas été arrêté. Et il met aussitôt sa menace à exécution. Le problème est que l'enquête préliminaire n'a rien donné : ni indice, ni mobile, ni suspect (ou à peine...). Grissel devra donc repartir de zéro. A l'arrière-plan, se dessine bientôt un paysage urbain d'intérêts politiques et financiers, de compromission et de corruption, qui ouvre bien des perspectives. Jusqu'au surprenant coup de théâtre final.

 

« Sombre dimanche » d’Alice Zeniter – Ed. Albin Michel

ALICE ZENITERLes Mandy habitent de génération en génération la même maison en bois posée au bord des rails près de la gare Nyugati à Budapest. Le jeune Imre grandit dans un univers mélancolique de non-dits et de secrets où Staline est toujours tenu pour responsable des malheurs de la famille. Même après l'effondrement de l'URSS, qui fait entrer dans la vie d'Imre les sex-shops, une jeune Allemande et une certaine idée de l'Ouest et d'un bonheur qui n'est pas pour lui.

 


« Les poissons ne ferment pas les yeux » d’Erri De Luca – Ed. Gallimard

ERRI DE LUCA"À travers l'écriture, je m'approche du moi-même d'il y a cinquante ans, pour un jubilé personnel. L'âge de dix ans ne m'a pas porté à écrire, jusqu'à aujourd‘hui. Il n'a pas la foule intérieure de l'enfance ni la découverte physique du corps adolescent. À dix ans, on est dans une enveloppe contenant toutes les formes futures. On regarde à l'extérieur en adultes présumés, mais à l'étroit dans une taille de souliers plus petite". Comme chaque été, l'enfant de la ville qu'était le narrateur descend sur l'île y passer les vacances estivales. Il retrouve cette année le monde des pêcheurs, les plaisirs marins, mais ne peut échapper à la mutation qui a débuté avec son dixième anniversaire. Une fillette fait irruption sur la plage et le pousse à remettre en question son ignorance du verbe aimer que les adultes exagèrent à l'excès selon lui. Mais il découvre aussi la cruauté et la vengeance lorsque trois garçons jaloux le passent à tabac et l'envoient à l'infirmerie le visage en sang. Conscient de ce risque, il avait volontairement offert son jeune corps aux assaillants, un mal nécessaire pour faire exploser le cocon charnel de l'adulte en puissance, et lui permettre de contempler le monde, sans jamais avoir à fermer les yeux.

 

« Romans - Volume 1, La Route de Los Angeles ; Bandini ; Demande à la poussière » de John Fante – Ed. Christian Bourgois

JOHN FANTE"Un jour j’ai sorti un livre, je l’ai ouvert et c’était ça. Je restai planté un moment, lisant et comme un homme qui a trouvé de l’or à la décharge publique. J’ai posé le livre sur la table, les phrases filaient facilement à travers les pages comme un courant. Chaque ligne avait sa propre énergie et était suivie d’une semblable et la vraie substance de chaque ligne donnait sa forme à la page, une sensation de quelque chose sculpté dans le texte. Voilà enfin un homme qui n’avait pas peur de l’émotion. L’humour et la douleur mélangés avec une superbe simplicité. Le début du livre était un gigantesque miracle pour moi. J’avais une carte de la bibliothèque. Je sortis le livre et l’emportai dans ma chambre. Je me couchai sur mon lit et le lus. Et je compris bien avant de le terminer qu’il y avait là un homme qui avait changé l’écriture. Le livre était Demande à la poussière et l’auteur, John Fante. Il allait toute ma vie m’influencer dans mon travail" (Charles Bukowski, 1979).

 

« Arrive un vagabond » de Robert Goolrick – Ed. Anne Carrière -Prix des lectrices Elle.

ROBERT GOOLRICKC'est au cours de l'été 1948 que Charlie Beale arriva à Brownsburg. Il était chargé de deux valises - l'une contenait quelques affaires et des couteaux de boucher, l'autre une importante somme d'argent. Charlie y tomba deux fois amoureux. D'abord, il s'éprit de cette ville paisible de Virginie dont les habitants semblaient vivre dignement, dans la crainte supportable d'un Dieu qu'ils avaient toutes les raisons de trouver plutôt bienveillant à leur égard. Une preuve parmi d'autres : il n'y avait encore jamais eu de crime à Brownsburg. La deuxième fois que Charlie tomba amoureux fut le jour où il rencontra Sylvan Glass.

 

« Lionel Asbo, l'état de l'Angleterre » de Martin Amis – Ed. Gallimard

MARTIN AMISCet hallucinant (anti-) conte de fées moderne au rythme endiablé nous embarque aux côtés de Lionel Asbo, 24 ans, voyou répugnant à tous points de vue, et de Desmond Pepperdine, son neveu qui, malgré une relation incestueuse avec sa grand-mère, tente d'échapper à l'horreur de son environnement. Lionel multiplie les frasques et les séjours en prison jusqu'au jour où il gagne le gros lot. Devenu multimillionnaire, il est saisi par une véritable hystérie "nouveau riche", et sème la terreur dans les milieux huppés. Desmond, lui, s'installe paisiblement et suit les errances de son oncle dans le Sun.

 

 

 

Valérie Expert

 

« L'Inconnue de Bangalore » d’Anita Nair – Ed. Albin Michel

ANITA NAIRBangalore, la cosmopolite Silicon Valley indienne, s'apprête à célébrer la première nuit du Ramadan. Le quartier musulman de Shivaji Nagar brille de mille feux lorsqu'un jeune prostitué est attaqué et brulé vif dans une ruelle sordide... Confiée à l'inspecteur Borei Gowda, quinquagénaire désabusé, l'affaire ne fait que commencer. Un nouveau meurtre similaire est bientôt perpétré, et les témoins évoquent la présence sur les lieux d'une créature d'une grande beauté. Une première piste ? Sur fond de corruption et de magouilles politiques, L'inconnue de Bangalore nous immerge dans les réalités controversées de l'Inde contemporaine, ses castes, ses fêtes religieuses, ses cinémas porno, ses policiers apathiques et ses créatures ambigües. Une fresque magistrale sur un pays en pleine mutation, écartelé entre tradition et modernité.

 

« Trois définitions de l'amour » de Caroline Bongrand – Ed. Robert Laffont

CAROLINE BONGRANDUn roman très contemporain à la recherche de la fleur ultime, celle dont le parfum rend instantanément amoureux. Gilles est chimiste à New York dans une entreprise qui crée les parfums de toutes les plus grandes marques de cosmétiques. Karl Lagerfeld lui fait une commande extraordinaire : un parfum qui rend immédiatement amoureux celui ou celle qui le respire. Délire de créateur ou intuition géniale ? Quelle fleur pourrait être à l'origine d'une telle fragrance ? Si elle existe, c'est l'un des secrets les mieux gardés de la planète. L'amour, Gilles connaît : il va se marier dans quelques jours avec la belle Ina. Mais troublé par ses investigations sur l'amour fou, l'amour absolu et son parfum, Gilles remet en cause celui qu'il porte à Ina : sur un coup de tête, il rompt leurs fiançailles. Ina comprend que la reconquête de Gilles passera par cette fleur magique. Une tribu juive installée depuis des millénaires en Chine serait gardienne de la plante merveilleuse. Ina ira jusqu'au pied de l'Himalaya à sa recherche. Gilles, qui comprend qu'il a fait l'erreur de sa vie en repoussant sa fiancée, part à son tour à la recherche de sa fleur, Ina. La quête de la plante merveilleuse se révélera haletante, mais le dépaysement pour Gilles sera d'abord intérieur, en forme de retour sur ses origines, sur l'amour qu'il a reçu et sur celui qu'il s'apprête à donner. Quête éperdue de l'amour absolu, interrogation philosophique sur les racines de l'amour, roman d'aventures cavalcadant, Trois définitions de l'amour est un ouvrage d'une énergie et d'une modernité remarquables.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article

commentaires