Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

“Annabel” de Kathleen Winter – Ed. Christian Bourgois

KATLEEN WINTEREn 1968 au Canada, un enfant voit le jour dans un village reculé de la région du Labrador. Ni garçon ni fille, il est les deux à la fois. Seules trois personnes partagent ce secret : les parents de l'enfant et Thomasina, une voisine de confiance. Ces adultes prennent la difficile décision de faire opérer l'enfant et de l'élever comme un garçon, prénommé Wayne. Mais tandis que ce dernier grandit, son moi caché - une fille appelée Annabel - ne disparaît jamais complètement…

 

 

Christie Watson « Les Esprits de l'eau » - Denoël

CHRISTIE WATSONLa petite Blessing et son frère Ezekiel mènent une vie agréable à Lagos : des parents formidables, une jolie maison avec tout le confort moderne. Mais leur univers bascule le jour où leur père les quitte pour une autre femme. La mère de Blessing est licenciée de l'hôtel luxueux où elle travaille - seules les femmes mariées y sont acceptées - et, sans un sou, ils doivent quitter Lagos pour un village reculé dans le delta du Niger, où vivent leurs grands-parents. Pour Blessing, c'est un choc : fini l'école, l'air conditionné et les domestiques. Elle doit s'adapter à une vie rustique, misérable, qu'elle déteste. Ce qu'elle ignore, c'est que certaines familles survivent à tout...

 

« Le Clan Pasquier », La saga culte de Georges Duhamel – Ed. Flammarion

CLAN PASQUIER 2« 1900-1913 »

Ah ! Qu'ils l'ont attendu, les enfants du clan Pasquier, cet âge adulte qui se profile devant eux ! Ils rêvent de pouvoir s'émanciper de ce père irresponsable et fantasque qui a gâché leur enfance, meurtri leur adolescence et réduit la vie de leur mère, la brave Lucie, à un douloureux enfer domestique. Les voici donc, aux premières années du jeune XXe siècle, dont ils attendent le meilleur sans présager le pire. Pour Joseph, l'affaire est entendue et ses premiers millions gagnés ont fait de lui un homme cynique et retors. Pour Laurent, l'espoir de voir la Science rendre le monde meilleur l'empêche de chercher pour lui-même les réconforts de l'amour. Pour Cécile, la pianiste surdouée, la gloire est à portée de main quand l'Amérique commence de lui faire les yeux doux ; pour Suzanne, l'apprentissage du théâtre se fait sous la houlette de la glorieuse Sarah Bernhardt ; et pour Ferdinand, la médiocrité semble déjà régir une existence sans passion ni volonté.

CLAN PASQUIER 1« 1913-1931 »

C'est son propre destin qu'affronte maintenant le Clan Pasquier. Leur invraisemblable père est toujours là, plus fantasque que jamais, mais ils ont appris à s'en protéger ; ne leur reste qu'à épargner à leur mère les délires inventifs d'un mari à qui l'âge n'apporte guère la sagesse. Le XXe siècle s'offre aux cinq enfants de la famille, mais ce n'est que pour les confronter à ses horreurs. Le bonheur paraît hors de portée de ces êtres tourmentés. Cécile parmi nous, Le combat contre les ombres, Suzanne et les jeunes hommes et La passion de Joseph Pasquier : les quatre derniers romans du Clan Pasquier nous font voyager de la veille de la Grande Guerre jusqu'à l'aube des années 30. Dans un monde à feu et à sang, Laurent participe aux fantastiques bonds en avant de la médecine, Cécile détruit ses amours pour mieux aimer la musique, Suzanne s'isole dans sa gloire de comédienne, Ferdinand s'enterre dans sa médiocrité tandis que le destin fait payer l'insolence de sa réussite au richissime Joseph. Quand s'écrit le mot « fin », Georges Duhamel tire le rideau sur les premiers actes de la tragédie des Pasquier. Le dernier mot pourtant n'est pas dit. Sous la plume de son petit-fils Jérôme, le Clan Pasquier retrouvera vie aux premiers temps de la Seconde Guerre mondiale, à L'heure où les loups vont boire.

 

« Saga parisienne » de Gilles Schlesser – Ed. Parigramme

SAGA PARISIENNE(1942-1958 - Un balcon sur le Luxembourg) Paris sous l'Occupation. Un tableau de Picasso disparaît dans la grande rafle du 16 juillet 1942. Une famille se déchire. La guerre scelle les destins... et notamment celui de Pierre Ormen, romancier en vue et résistant de la première heure, que tout oppose à son frère Amédée, vague collabo et vrai salaud. Pierre fait partie de ces êtres auxquels la Providence semble avoir donné toutes les vertus et la vie toutes les chances. Après la Libération, sa réussite est éclatante. Mais derrière les apparences s'abrite une âme sombre, dévastée par des secrets que nul ne doit partager. Ce portrait de famille est aussi celui d'une époque, de l'effervescence du Paris de l'après-guerre, des cabarets de Saint-Germain-des-Prés, des cafés où l'on reconstruit le monde, des maisons d'édition où l'on tente de le conquérir... Un balcon sur le Luxembourg est le premier volume d'une "Saga parisienne" qui en comptera trois, donnant vie à autant de générations de la famille Ormen, de l'Occupation à nos jours

 

Valérie Expert

 

« Comment voulez-vous que j'oublie... Madeleine et Léo Ferré, 1950-1973 » d’Annie  Butor – Ed. Phébus

ANNIE BUTORPour la première fois, l'histoire de l'amour fou qui unit durant dix-huit ans Madeleine et Léo Ferré est racontée de l'intérieur, par la fille de Madeleine, qui partagea leur quotidien dès l'âge de cinq ans. Celle pour qui Léo Ferré écrivit "Jolie môme" évoque la misère des débuts, le succès, la gloire et les dérives. Elle assiste à la création de plus de deux cents chansons, aux rencontres avec André Breton, Aragon, Louise de Vilmorin, le prince Rainier - pour ne citer qu'eux - et partage la passion du couple pour les animaux, des Saint-Bernard aux oiseaux en passant par les chimpanzés ! Témoin privilégié de cette époque peu connue de la vie de Léo Ferré, Annie Butor réhabilite la mémoire de sa mère et trace un portrait émouvant, mais sans concession, de ces deux êtres exceptionnels. Un témoignage unique

 

« Je sais cuisiner - Plus de 2000 recettes » (édition revue et corrigée) de Ginette Mathiot - Ed. Albin Michel

GINETTE MATHIOTAvec plus de 2 000 recettes, Je sais cuisiner s'est imposé depuis 1932 comme la bible de la cuisine française. Clair, pratique et complet, ce best-seller se transmet de génération en génération, proposant toutes les recettes qui fondent notre patrimoine culinaire : les basiques, les grands classiques et les incontournables spécialités régionales ou étrangères. Gougère, béchamel, cuisson d'un rôti ou des asperges, gratin dauphinois, beignets de carnaval, coq au vin, soufflé au fromage, moussaka, courgettes farcies, tarte Tatin, crème caramel... Chaque recette a été plusieurs fois testée, les quantités et les temps de cuisson soigneusement vérifiés. Indispensable au quotidien comme pour une occasion particulière, que vous soyez seul, en couple ou en famille, débutant ou non, ce livre vous accompagnera tout au long de votre vie.

 

Dans la Collection Champion Les Mots chez Honoré Champion…

A TABLE LE MENU« A table... le menu ! » de Patrick Rambourg

Nous gardons tous au fond d'un tiroir un menu qui nous rappelle l'heureux souvenir d'un repas convivial. Mais que savons-nous vraiment du menu ? De sa genèse, de son histoire, et de son apport à la société ? Des premiers menus du Moyen Age aux menus dégustation des chefs d'aujourd'hui, Patrick Rambourg raconte comment le menu a migré de la cuisine à la salle pour devenir un outil de la convivialité et de la gastronomie, et un support artistique et publicitaire.

LE JARDIN« Le jardin - Qui repose l'œil sans l'égarer » de Jean Pruvost

Paradisus, c'est la traduction qu'en offre R. Estienne en 1539 avant d'évoquer le jardin à herbes et à violettes. En 1571, De La Porte insiste : qu'il soit récréatif, potager, médicinal ou rapporte-fruit, le jardin est heureux, propice à " une joie extrême " devant un œillet bigarré, mais aussi " de grand secours aux pauvres ", ajoute en 1685, Rochefort, précisant qu'Alexandre le Grand fit Roi de Sydon son jardinier. Citations et proverbes abondent : que signifie faire comme le chien du jardinier " ? Que sont les jardins de la mer de glace ? Peut-on jardiner les oiseaux sur des billots ? Quel rapport étymologique existe-t-il entre hortillon, jardin et garder ? Jardins de curé, d'ouvrier, de case, ou bien d'Adonis, de l'Académie, d'Epicure, etc., des délices ou des supplices, ou encore français, anglais, japonais, et surtout potager ou d'agrément… Qui est le Dieu des Jardins ?

 

« La bouteille de vin - Histoire d'une révolution » de Jean-Robert Pitte – Ed. Tallandier

JEAN-ROBERT PITTEPar leurs formes qui varient dans le temps et d'une région à l'autre, les bouteilles de vin racontent une histoire passionnante. Cet ouvrage novateur le montre avec beaucoup de science et de verve. Jamais les vins n'auraient pu vieillir à l'abri de l'air et de la lumière et jamais la personnalité des terroirs et des millésimes n'aurait pu se révéler avec autant d'éclat sans l'invention de la bouteille. La révolution date du Ier siècle de notre ère, c'est la mise au point de la canne à souffler. Au début du XVIIe siècle, les productions européennes, trop fragiles, ne peuvent servir à déplacer des liquides à longue distance. C'est alors qu'un pays importateur, l'Angleterre, réalise la bouteille en verre épais et noir, élaborée dans un four chauffé au charbon. Les mêmes Anglais découvrent au Portugal les vertus du liège qui permet un bouchage hermétique et de confier aux bouteilles du vin de qualité, de les coucher, les transporter et les conserver. Bientôt ils inventent encore le champagne mousseux que les Français ne confectionneront qu'à partir de la Régence.

 

« Duchesse à l’anglaise » de Deborah Devonshire – Ed. Petite bibliothèque Payot

DEBORAH DEVONSHIREDans son agenda, la mère de Deborah Devonshire n’a rien écrit au printemps 1920 sur la naissance de cette sixième fille ; en revanche, elle a n’a pas oublié de noter : « La cheminée de la cuisine a été ramonée. » Pas facile en effet de se tailler une place quand on est la plus jeune des excentriques sœurs Mitford ! L’aînée, Nancy la romancière, fut amoureuse d’un gaulliste de la première heure, la deuxième des animaux et la troisième d’Hitler ; la quatrième se convertit au fascisme et la cinquième au communisme. La petite dernière, elle, a grandi dans la douce campagne anglaise, mais c’est sous les bombes qu’elle épousa à Londres un autre cadet de famille, lequel devint contre toute attente onzième duc de Devonshire. À la fin des années 1950, le couple s’établit à Chatsworth, ce « Versailles anglais » auquel Debo redonna vie et qui fut sans doute le plus grand amour de sa vie. Devenue veuve, elle a emménagé dans un presbytère puis fêté ses quatre-vingt-dix-ans avant de se décider à publier ses mémoires. Parente de Winston Churchill et du président Kennedy, grande amie du peintre Lucian Freud et du prince Charles, la « duchesse douairière » distille l’humour Mitford dans une galerie de portraits qui nous promène de son poulailler jusqu’au champ de courses d’Ascot, et c’est ce même humour qui l’a aidée à supporter les drames d’une existence qui ne fut pas toujours une dolce vita à l’anglaise.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article

commentaires