Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 16:10

 

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

 

Evelyne Bloch-Dano « Porte de Champerret » - Ed. Grasset

BLOCH-DANOLa mère de la narratrice, qui fut dans le Berlin de l'immédiat après-guerre une femme engagée, est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle oublie le passé proche, mais les images de la petite enfance lui reviennent. En parallèle, sa fille Evelyne décide enfin de vider l'appartement où sa mère n'habitera plus. Le départ de cet immeuble de la porte de Champerret, ce lieu des lisières, provoque en elle une montée se souvenirs. Que filtrer dans ce sablier magique où passent les grains du temps ? Que retenir des propos d'une mère à la mémoire éteinte ? Peut-on s'expulser soi-même du passé, comme on est délogé d'un appartement ? Dans la lignée de La Biographe, Evelyne Bloch-Dano révèle ce que cachent la famille et le foyer, la maternité et la filiation, mais aussi le deuil, attendu, des bonheurs enfuis.

 

 

« Hôpital psychiatrique » de Raymond Castells – Ed. Rivages/ Noir

HOPITAL PSYCHIATRIQUEMai 2010. Louis et Louise, si âgés désormais qu'ils peuvent tout avouer, racontent leur quotidien à l'hôpital psychiatrique où ils se sont connus pendant la Seconde Guerre mondiale : les supplices infligés par les gardiens, les expérimentations médicales sur les patients et l'arrivée d'un régiment allemand. La cohabitation entre les soldats de la Wehrmacht et les malades mentaux qui se partagent les bâtiments pendant que collaborateurs et résistants se livrent à leurs activités clandestines dans les sous-sols et dans les combles.
Et le plan qu'ils mirent au point pour s'échapper de cette maison de fou.

 

 

Cristina Alger « Park Avenue » - Ed. Albin Michel

PARK AVENUEPaul Ross a épousé Merrill, fille de Carter Darling, un financier milliardaire. Le jeune avocat sudiste s’est vite habitué au luxe de sa vie new-yorkaise : appartement sur Park Avenue, week-ends dans les Hamptons. Lorsque Paul perd son emploi, Carter lui propose de diriger l’équipe d’avocats de son fonds spéculatif, une fabuleuse opportunité alors que le pays connaît sa pire crise financière depuis la Grande Dépression. Mais la chance ne va pas durer : à la suite d’un événement tragique, les Darling se retrouvent sous les feux des médias, compromis dans un scandale qui pourrait radicalement changer leur vie. Paul doit alors choisir son camp : sauver sa peau et trahir sa femme et sa belle-famille, ou bien protéger l’entreprise familiale coûte que coûte. Cristina Alger, qui connaît parfaitement le monde dont elle parle, trace un portrait au vitriol de la haute société new-yorkaise face à la grande crise financière de 2008.

 

 


Jean-Charles Baudet-Plazolles

Libraire - Les Mille et une Pages - Paris

 

“I Cursini” d’Alix Deniger – Ed. Gallimard

I CURSINIPeu nombreux sont les polars qui se déroulent en Corse, plus rares encore sont ceux qui traitent du mouvement indépendantiste et du grand banditisme sévissant sur l’île de Beauté. Ce silence s’explique en grande partie par la difficulté de pénétrer ces milieux excessivement cloisonnés et de parvenir à mener une véritable enquête de terrain. Dans « I Cursini », Alix Deniger se décide à prendre la voie de la fiction pour nous faire part de son expérience et témoigner. C’est bien connu, la fiction est souvent ce qu’il y a de plus proche de la réalité… Une équipe de la DCRI confrontée à une recrudescence terroriste des nationalistes corses, en sommeil depuis plusieurs années. Cyniquement, l’auteur montre bien que ce réveil nationaliste est bien moins guidé par les idéaux révolutionnaires de leurs aînés que par la volonté des « natio » de se faire une place au soleil, en levant un « impôt révolutionnaire », pratique qui ressemble à s’y méprendre à du simple racket.

 

 

« Les effacés, Opération 4, Face à Face » de  Bertrand Puard – Ed. Hachette

LES EFFACESLe repaire des Effacés a été attaqué ! Etienne Hennebeau, le Président de la République, et Dominique Destin, son éminence grise, sont parvenus à percer les secrets de Nicolas Mandragore avant que ce dernier ne parvienne à délivrer les leurs. Marie-Ange Mouret s'inquiète. Elle va affronter Etienne Hennebeau au second tour de l'élection présidentielle, comme les journaux l'avaient prévu, mais elle ne fait plus figure de favorite.
Et Mandragore, cet homme qui détenait la botte secrète avec ces cinq adolescents pour le contrer, demeure introuvable, ainsi que ses Effacés.

 

 

« Une balade dans la nuit » de Georges Pelecanos – Ed. Calmann-Lévy

VGEORGES PELECANOSingt-neuf ans, athlétique, moral mais pragmatique, Spero Lucas, un ex-marine qui a combattu en Irak et travaille maintenant comme enquêteur pour un avocat à Washington DC, est le héros de cette nouvelle série. Caractéristique essentielle : sa commission, lorsqu'il réussit, est toujours de 40 %. Grâce au suivi on line des livraisons de colis, les trafiquants de drogue modernes peuvent faire livrer leur came à des adresses où les habitants sont absents dans la journée. Rien de plus pratique alors que de récupérer un colis que les services de police ont peu de chances d'avoir repéré. Parfois cependant, celui qui le récupère n'est pas celui auquel il était destiné. C'est alors qu'intervient Spero Lucas. Ici, la drogue a été volée à Anwan Hawkins, un dealer qui, de sa prison, embauche Spero. Son avocat lui en a vanté les dons d'observation et de déduction. Et il avait raison : Spero comprend vite que ce sont Tavon et Edwin, les "assistants" d'Anwan, qui ont "perdu" le colis. Mais l'ont-ils vraiment perdu ?

 

 

« Quatre jours en Mars » de Jean Christian Grondahl – Ed. Gallimard

GRONDAHLLes meilleures années appartiennent-elles toujours au passé ? En est-on responsable ? Ces questions viennent hanter Ingrid Dreyer, architecte et mère divorcée, au cours de quatre jours dramatiques, où plus rien ne se révèle être comme elle le croit. Lorsque son fils adolescent est arrêté pour des actes de violences, lorsque sa relation à un homme plus âgé et marié prend un tour inattendu, Ingrid Dreyer replonge dans les souvenirs de sa jeunesse solitaire et de son mariage raté, afin de tenter de comprendre pourquoi sa vie commence à ressembler à une impasse.

 

Valérie Expert

 

Geneviève de Cazaux, « Elle rit dans la nuit : Alzheimer au quotidien » - Ed. A. Carrière

GENEVIEVE DE CAZAUXLes personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer se rendent-elles comptent de leur état ? Comprennent-elles que leur raison chavire et que leur mémoire flanche ? La mère de l’auteur, sur ses petits carnets à spirale, prend des notes. Son humour est corrosif, puis l’angoisse perce. Qui suis-je ? Quel jour est-on ? Quelle heure ? Un témoignage rare sur de la perte des capacités – non pas un journal, mais un quotidien qui frôle l’incohérence. Autour de ces notes qu’elle retrouve à l’occasion d’un rangement, Geneviève de Cazaux raconte sur une période de trente ans les prémisses de la maladie, son irruption, et les bouleversements qu’elle provoque dans une famille. La protection des majeurs, la fuite de la maison de retraite et le maintien à domicile, des sujets d’actualité qu’elle traite avec sa verve journalistique, sans s’apitoyer. Sa mère et elle arrivent à échanger, et encore à rire ensemble de tout et de rien, surtout de la maladie. Ce récit est aussi une enquête journalistique, où les interviews apportent un éclairage sur Alzheimer et la dépendance des personnes âgées.

 

 

« La guerre des parrains corses » de Jacques Follotrou – Ed. Flammarion

PARRAINS CORSESEntre 2006 et 2009, le système criminel corse qui dominait le grand banditisme français depuis trente ans et étendait ses ramifications dans le monde entier s'est écroulé. Depuis, les règlements de comptes se succèdent à mesure que de nouveaux groupes tentent de prendre la place et mettre la main sur les affaires. Mais aujourd'hui, alors que le milieu corse avait su tenir à distance l'appareil policier et judiciaire, il voit ses affaires contrariées et le moindre début d'emprise est contesté par des arrestations. D'autres réseaux criminels se sont implantés sur le territoire français. Les Corses doivent désormais composer avec eux comme avec certains caïds des cités devenus trafiquants de drogue de grande envergure. C'est l'alliance inédite et généralisée entre les gros voyous traditionnels et les caïds de banlieue. Est-ce la fin des parrains corses ou une simple période de recomposition où la sélection naturelle fera son œuvre et laissera émerger de nouvelles figures ? Pour le comprendre, il faut partir dans les villages perchés des montagnes corses comme dans les places financières de Londres ou de Genève. Depuis quatre à cinq ans, la drogue a envahi la Corse et les projets immobiliers crapuleux illustrent la pression généralisée sur le foncier insulaire. Enfermés dans leurs affaires de vendetta, désireux de conserver leurs prébendes, réfugiés dans leurs villages ou en cavale l'autre bout du monde, les membres du milieu corse tentent, comme leurs ancêtres l'ont fait dans le passé, de s'adapter aux nouvelles formes de criminalité, pour survivre et conserver leur leadership.

 

 

« Le plus bel âge » de Joanna Smith Rakoff - Ed. Pocket

LE PLUS BEL AGEIls sont six amis d’université, quatre filles et deux garçons, et ont choisi New York, la ville de tous les possibles, pour mener leur vie d’adulte. Mais au rythme des mariages, naissances, échecs professionnels et personnels, leurs rêves et ambitions ne tardent pas à se heurter à l’épreuve de la réalité. En mettant en scène leurs vies entremêlées, les amitiés et les amours qui se nouent et se dénouent, Joanna Smith Rakoff fait la chronique d'une génération perdue, qui, entre espoirs et désillusions, essaie de trouver sa place dans le monde…

 

 

« Rien n’est trop beau » de Rona Jaffe – Ed. Le Livre de Poche

RONAN JAFFELorsqu'il fut publié en 1958, Rien n'est trop beau provoqua l'engouement de millions de lectrices américaines. Elles s'identifièrent à ces jeunes secrétaires venues d'horizons différents, employées dans une grande maison d'édition new-yorkaise, dont les rêves et les doutes reflétaient ceux de toute une génération de femmes. Si la ville semble leur offrir d'infinies possibilités professionnelles et amoureuses, chacune, l'ambitieuse, la naïve, la rêveuse...
doit se battre avec ses armes pour se faire une place dans un monde d'hommes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article

commentaires