Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:51

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

« Le capital au XXIe siècle » de Thomas Piketty – Ed. Seuil

THOMAS PIKETTYLa répartition des richesses est l'une des questions les plus vives et les plus débattues aujourd'hui. Mais que sait-on vraiment de son évolution sur le long terme ? La dynamique de l'accumulation du capital engendre-t-elle inévitablement sa concentration toujours plus forte entre quelques mains, comme l'a pensé Marx au XIXe siècle ? Ou bien les forces équilibrantes de la croissance, de la concurrence et du progrès technique conduisent-elles spontanément à une réduction des inégalités et à une harmonieuse stabilisation dans les phases avancées du développement, comme l'a cru Kuznets au XXe siècle ? Ce livre tente de répondre à ces questions à partir de données historiques et comparatives beaucoup plus étendues que toutes les études antérieures. Parcourant trois siècles et plus de vingt pays, il offre une perspective inédite sur les tendances à l'œuvre et un cadre théorique renouvelé pour en comprendre les mécanismes. Dès lors que le taux de rendement du capital dépasse durablement le taux de croissance de la production et du revenu - ce qui était le cas jusqu'au XIXe siècle, et risque fort de redevenir la norme au XXIe siècle -, alors le capitalisme produit mécaniquement des inégalités insoutenables, arbitraires, remettant radicalement en cause les valeurs méritocratiques sur lesquelles se fondent nos sociétés démocratiques. Des moyens existent pour inverser cette tendance, tout en repoussant les replis nationalistes ou totalitaires, mais la voie est étroite.

 

« La dernière danse de Charlot » de Fabio Stassi – Ed. Denoël & d’ailleurs

FABIO STASSIEn cette veille de Noël, Charlie Chaplin, quatre-vingt-deux ans, ne voit pas la mort arriver d'un bon oil. Il vit désormais en Suisse et est le père d'un petit garçon de neuf ans, Christopher. Son heure semble venue, mais lorsque la Mort se présente un soir en personne, l'acteur lui propose un marché : s'il parvient à la faire rire, il gagnera une année de vie supplémentaire. Commence ainsi un jeu étrange, et c'est pendant cette attente fatale que Chaplin va rédiger une lettre à ce fils tant aimé afin de lui raconter sa véritable histoire : de son enfance humble en Angleterre, avec un père alcoolique et une mère instable, à ses débuts sur scène, puis l'ère américaine, durant laquelle le jeune Chaplin est, entre autres, imprimeur, boxeur, taxidermiste, jusqu'à connaître la gloire au cinéma et devenir le Charlot mythique que l'on connaît : moustache, démarche oblique et chapeau melon, grand prince et mendiant bouleversant. Faisant surgir les larmes comme l'hilarité, La Dernière Danse de Charlot est un conte tendre et cruel sur un monstre sacré.

 

« L'enfant de l'étranger » d’Alan Hollinghurst – Ed. Albin Michel

ALAN HOLLINGHURSTEn 1913, George Sawle amène en week-end aux Deux Arpents, la maison familiale, un camarade de Cambridge, Cecil Valance. Cet aristocrate poète fait forte impression sur les Sawle, et notamment sur la jeune sœur de George, Daphné, éblouie par l’aisance et la liberté de ton de Cecil. Alors qu’il est l’amant de George, Cecil séduit Daphné et lui dédicace un poème, Deux Arpents. A partir de ce point de départ, l’auteur développe l’histoire de ces deux familles en une grande fresque qui couvre presque un siècle, avec pour fils rouges le déclin de l’aristocratie et l’évolution de la société anglaise dans son approche de l’homosexualité, les deux se rejoignant dans le destin posthume de Cecil, mort en 1916, à 25 ans, sur les champs de bataille.

 

…de Tonvoisin Debureau – Ed. J'ai lu…

TRAVAILLER AVEC DES CONS« Travailler avec des cons »

Nous en avons tous rencontré un jour ou l'autre... et ce n'est pas un privilège ! Ils nous perturbent, bousillent notre vie et celle de millions de salariés. Oui, il était temps de vous donner les astuces permettant de survivre à ces individus : Comment les reconnaître ? …les comprendre ? Comment gérer efficacement votre con de bureau préféré " et transformer l'enfer d'hier en de réjouissants et multiples pièges à cons ? Devenez un très redoutable et très redouté bourreau des cons au travail.

 

TRAVAILLER MOINS GAGNER PLUS« Travailler moins, gagner plus - Guide de survie dans une entreprise à la con »

Les branleurs au bureau existent et vous les avez rencontrés ! Qui sont-ils? Que font-ils? Qui sont ces forces non vives, ces experts de la décroissance, ces insurgés contre la Valeur Travail? Etes-vous le dernier des " Mohicons " à essayer de travailler plus dans l'espoir de gagner plus? Grâce à cette initiation à l'art de la glande, à vous la mise aux enchères de vos congés payés, la revente de vos RU, le hamac-jus d'orange dans les bureaux de votre boss !

 

CHERS VOISINS...« Chers voisins - Mots doux et petites querelles de voisinage »

"Le voisin est un animal nuisible assez proche de l'homme" Pierre Desproges ; "Pourquoi sommes-nous au monde sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?" Jane Austen ; "N'ayez pas de voisins si vous voulez vivre en paix avec eux" Alphonse Karr ; "Il est plus facile d'aimer l'humanité en général que d'aimer son voisin" Eric Hoffer. Ils n'avaient pas choisi leurs voisins... Et vous ?

 

« Divan de Staline » de Jean-Daniel Baltassat – Ed. Seuil

BALTASSATStaline, un Staline qui n’a plus que trois ans à vivre, se retire quelques jours dans sa Géorgie natale. La Vodieva, sa maîtresse de longue date, le rejoint dans le palais décadent où il s'est installé. Elle est accompagnée d’un jeune peintre qu’elle protège. Ce Danilov, prodige du réalisme socialiste, a conçu une oeuvre inouïe pour célébrer la glorieuse éternité du Petit Père des peuples. Rien, bien sûr, ne se passe pour lui comme prévu. Nuits d’insomnies, interrogatoires infinis, infinie attente. Allongé sur un divan étrangement identique à celui de Freud, Staline joue avec les fantômes qui hantent ses rêves : sa mère, son épouse suicidée, ses années de Sibérie et Lénine, le plus grand des pères menteurs. Autour de celui qui ne tremble jamais, il n’y a que terreur, soumissions, impitoyable cruauté : son véritable monument d’éternité. Staline connaît-il la vérité de Staline ? Qui la connaîtra jamais ? Jean Daniel Baltassat l’approche en romancier, avec une remarquable puissance d’évocation où l’imagination prend le relais de la vérité historique. C’est saisissant.

 

 

Jean-Paul Collet

Libraire – La Boucherie - Paris

 

« Les méthodes de lecture de notre enfance » de Philippe Simon – Ed. de La Martinière

METHODES DE LECTUREEcriture, lecture : le "nerf de la guerre" des premières années d'école, où l'on tentait de disséquer mots et phrases et de reproduire majuscules et minuscules, sans trembler, sur nos cahiers d'écoliers... Et, à chaque époque, sa méthode, chaque période, son angle d'approche - tantôt syllabique, tantôt globale, mixte ou phonétique. Dans Les Méthodes de lecture de notre enfance, Philippe Simon nous propose une plongée dans l'histoire de l'apprentissage de la lecture, depuis les premiers pas de l'alphabétisation jusqu'à l'âge d'or du manuel, illustrée de nombreux fac-similés de pages de diverses méthodes, carnets d'exercices et cahiers d'élèves.
Un voyage didactique et nostalgique, souvenir de ce moment si particulier que fut, pour tous, la découverte de la lecture.

 

« L'Ambition » de Iegor Gran – Ed. POL

IEGOR GRANLa quête de soi, un road-movie sans road et sans movie unissant plusieurs personnages et deux époques excessivement éloignées l'une de l'autre, ce livre est une sorte de grand écart temporel. L'histoire contemporaine, c'est celle de José, un post-étudiant dont la vie professionnelle repose sur le système D, ce que l'on appelle auto-entreprenariat en jargon de notre époque, un José qui rêve de faire fortune sur internet en vendant des fèves d'Epiphanie aux collectionneurs du monde entier. Mais n'est pas Mark Zuckerberg qui veut. José devra se contenter de donner des cours de maths à domicile, où il sera confronté à son incompétence pédagogique crasse et à des élèves largement plus capables que lui. Parallèlement, à des milliers d'années de José, quelque part au début du Néolithique, son vigoureux ancêtre (qui partage avec son descendant de 2010 un petit bout d'ADN à barbe blonde, joliment bouclée) découvre que sa tribu, où sévit un matriarcat rigoureux, s'apprête à abandonner le nomadisme et la liberté d'aller et venir au profit de l'élevage de capras, ces animaux sales qui font leurs besoins à côté des humains, mais qui sont faciles à attraper et bons à manger.
Le tout se double d'une quête personnelle de l'écrivain, qui pour la première fois dans un roman de légor Gran entre en scène, et qui, sur ce plan, n'est guère plus avancé que ses personnages. Coincé dans la procrastination qui lui fait remettre à demain les paragraphes qui auraient dû être écrits hier, se demandant comment faire avancer son récit alors que lui-même n'avance nulle part, ce fainéant travaille les banquettes sombres des cafés où il attend l'inspiration, tout en se jetant avec avidité sur chaque texto qu'on lui envoie dans l'espoir de se distraire de son enlisement.

 

« Esprit d'hiver » de  Laura Kasischke – Ed. Christian Bourgois

LAURA KASISCHKERéveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant.

 

 

 

« Fiançailles » de Chloé Hooper - Ed. Christian Bourgois

CHLOE HOOPERVenue d'Angleterre où elle a accumulé de nombreuses dettes, Liese Campbell travaille dans une agence immobilière à Melbourne. Afin de rembourser ses frais au plus vite, elle a pris l'habitude de retrouver Alexander, un riche homme d'affaires, dans des appartements en location pour s'adonner à des jeux érotiques copieusement rémunérés. Alexander ne sait rien du double jeu de Liese qui commence quant à elle à éprouver un certain malaise par rapport au rôle qu'elle s'est façonnée, qui l'oblige à mystifier son passé et à redoubler de prudence.
Résolue à quitter l'Australie, elle accepte toutefois la proposition d'Alexander de passer un weekend dans sa grande propriété au milieu du bush. Mais rien ne se passera tel qu'elle l'avait imaginé.

 

« Je parle le parisien - Dictionnaire franco-parisien » – Ed. Parigramme

JE PARLE LE PARISIENVous avez essayé le cinéma ouzbek en version non sous-titrée ? Eh bien le parisien, c’est un peu la même chose… Heureusement, cette langue orpheline dispose maintenant de son dictionnaire, traduisant en français les locutions usuelles et les tournures idiomatiques les plus complexes. Très pratique pour s’aventurer dans la capitale, Je parle le parisien ne se réduit pas à un simple lexique ; ce décodeur portatif est aussi un guide de prononciation, un manuel de conversation et un véritable précis de civilisation au service du vivre-ensemble. Bref*, so* énorme* !

 

 

Valérie Expert

 

Prix du Livre de Poche… Prix des lecteursLOGO 60ANS BASELINE HD

 

 

 

 

 

 

Lauréat 2013 de la catégorie Littérature : « L'île des oubliés » de Victoria Hislop

HISLOPL'été s'achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune Anglaise diplômée d'archéologie, a choisi de s'y rendre parce que c'est là que sa mère est née et a vécu jusqu'à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l'histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l'île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux... et son arrière-grand-mère y aurait péri. Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombent les ruines d'une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophia, la mère d'Alexis, a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets... Bouleversant plaidoyer contre l'exclusion.

 

Lauréat 2013 de la catégorie Policiers / Thrillers : « Miséricorde » de Jussi Adler-Olsen

ADLER OLSENPourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ?Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne.

 

Lauréat 2013 : Le choix des Libraires : « Et puis, Paulette... » de Barbara Constantine

CONSTANTINEFerdinand vit seul dans sa ferme. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, il passe chez Marceline, sa voisine, et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. Très naturellement, ses petits-fils, les Lulus, lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas... Il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette...

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article

commentaires