Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 14:55

Prix de la Mamounia 2014…

« Le Job » de Réda Dalil – éd. Le Fennec (distribué à l’Institut du Monde Arabe Paris)

Remercié par ses employeurs, Ghali Habchi est un jeune homme surdiplômé, hyper-motivé et prêt à tout pour reprendre du service. Taillé pour un poste en Multinationale, il a le profil et l'expérience qu'il faut. Or, la crise financière mondiale a fait ses ravages. Et dans son sillage destructeur, les opportunités deviennent rares, sinon inexistantes. En perte de repères, Ghali s'accroche à une possibilité d'embauche, une seule. Celle de la directrice d'un Cabinet de Consulting Casablancais, qui promet de le rappeler à la suite d'un entretien. Ghalil voit en cette minuscule lueur d'espoir, son unique planche de salut. Criblé par le doute, sa quête le pousse à multiplier mésaventures et faux-pas. Contre toute logique, il accepte d'héberger et d'entretenir un couple d'amis en détresse. Cette décision accélère son appauvrissement. Témoin impuissant de son propre déclassement, Ghali tentera l'impossible, l'inavouable pour déjouer les pièges de la fatalité, et décrocher "Le Job". Y parviendra-t-il ?

Ø  Le Maroc Contemporain…L’Expo-Evènement à l'Institut du monde arabe du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015… Pour la première fois en France, le public découvrira toutes les facettes du bouillonnement artistique du Maroc d’aujourd’hui avec une grande exposition évènement, près de 30 concerts de musique marocaine et le meilleur du cinéma marocain.

 

« Derrière la grille » de Maude Julien – Ed. Stock

Plus de cinquante ans après, Maude Julien se souvient encore du bruit du verrou, quand la grille s'est refermée sur elle. Son père venait d'acheter une bâtisse lugubre, flanquée d'un parc, dans la région de Saint-Omer. Maude, alors âgée de trois ans, y vivra cloîtrée, sans jamais aller à l'école, sans jamais avoir d'amis. Enfermée mentalement aussi, car le patriarche veut faire de sa fille une « supra-humaine ». Elle doit apprendre à surmonter la peur, les privations, la douleur, la solitude pour être capable de réaliser la mission à laquelle il la destine. Longtemps plus tard, elle comprendra que son père, haut dignitaire d'une obédience maçonnique ésotérique, avait échafaudé un projet vertigineux dans lequel elle tenait le rôle central. Comment se défaire d'une emprise aussi extrême ? Où trouver la force d'échapper à un tel embrigadement ?À dix-huit ans, Maude a réussi à quitter la prison de son enfance. Puis, au terme d'un long travail, à conquérir sa liberté.

 

« Le dictionnaire des chats illustres : A l'usage des maîtres cultivés - Tome1, Chats réels » de Bérangère Bienfait – Ed. Honoré Champion

Amourette, Apache, Bébert, Brillant, Chanoine, Choupette... A chaque lettre de l'alphabet défilent une multitude de chats illustres, associés à un personnage célèbre de l'histoire, de l'art, de la littérature, ou bien qui ont défrayé la chronique en s'illustrant par leur intelligence, leurs quatre cents coups, leur originalité, sans oublier les records battus ! Quel est le plus grand chasseur de souris ? Towser ! Pas moins de 29 800 souris de la distillerie Glenturret, en Ecosse, lui sont passées entre les griffes. Le premier chat accepté à la Cour des rois ? Brillant, le félin de charme de Louis XV et Marie Lecszinska. De Chopin de Fitzgerald à Pluton de Jules Michelet, de Chanoine de Victor Hugo à Prudence de Clemenceau, de Misou de Marilyn Monroe à Schli-Fou-Neth de Jean Cocteau, de Bastet, la déesse égyptienne à Beau-Garçon, Prôu, Nonoche et autres chats de Colette, et tous les chats sans nom, Chat du pape Paul VI, Chats de l'Ermitage à Saint Pétersbourg, Chats des rues, hôtes du Sultan El Daher Beybars (1260-1277), en Egypte, Chats d'Hemingway, etc., le chat s'impose dans l'histoire de notre société.

 

« Au bonheur des lettres » de Shaun Usher – Ed. du Sous-sol

125 lettres inédites et étonnantes de personnalités et d'anonymes puisées dans le blog anglais « Letters of note », un site dirigé par Shaun Usher. Ces courriers historiques, inattendus et farfelus représentent un hommage à l'art de la correspondance, compilant des missives de toute époque, d'anonymes ou de personnalités. On y retrouve le chanteur Elvis proposant au président Nixon sur papier à en-tête d'American Airlines ses services en tant qu'agent double FBI, la Reine Elizabeth II livrant à Eisenhower sa recette personnelle des drop scones... Mais aussi un enfant s'adressant à l'architecte Frank L. Wright afin qu'il dessine les plans de la niche de son chien, Jack l'éventreur narguant la police de Londres, Jack Kerouac conseillant Marlon Brando, ou bien encore, les délicates recommandations adressées par Iggy Pop à une jeune fan en difficulté ; un courrier du scientifique de Francis Crick à son fils, par lequel il lui annonce la découverte de la structure de l'ADN. Drôle, amusant, émouvant, érudit, l'anthologie s'adresse au plus grand nombre et cultive l'art du coq à l'âne sans jamais perdre le lecteur. Outre l'aspect cocasse de certaines lettres, d'autres plus littéraires sont des outils de compréhension de l'œuvre, que ce soit Virginia Woolf, Dostoïevski, Charles Dickens, Emily Dickinson, Flannery O'Connor, Ernest Hemingway, etc.

 

« Les (vraies !) histoires de l'art - Tome 2 » de Sylvain Coissard – Ed. Palette

Après le succès du tome 1 paru en 2012, Sylvain Coissard nous offre, dans ce second tome, 24 nouveaux strips inédits ! Irrésistibles et réjouissants, les scénarios sont mis en images par 3 nouveaux artistes- illustrateurs qui leur donnent vie. Dans la même idée que le premier, l'auteur imagine ce qui s'est passé 2 minutes avant le tableau et nous propose ainsi une relecture humoristique de l'histoire de l'art.

 

« Lettres à Alexandrine - 1876-1901 » d’Emile Zola – Ed. Gallimard  

Les 318 lettres adressées par Emile Zola (1840-1902) à son épouse Alexandrine Zola (1839-1925) constituent le dernier et le plus grand ensemble de manuscrits encore inédit de Zola. Leur divulgation intégrale représente un événement éditorial d'une grande importance. Alexandrine Zola est une figure dont le rôle et l'importance dans la carrière de Zola ne sont plus à démontrer. Conservées par l'arrière-petite-fille de l'écrivain, Brigitte Emile-Zola, ces lettres ne devaient pas être rendues publiques avant le début du XXIe siècle, conformément à une volonté émise par le docteur Jacques Emile-Zola, le fils d'Emile Zola. L'édition en 2004 des Lettres à Jeanne Rozerot, sa maîtresse et la mère de ses enfants, a exploré pour la première fois le territoire de la correspondance intime de Zola. Les Lettres à Alexandrine, à travers un ensemble de lettres beaucoup plus fourni, au contenu très riche, permettent d'observer encore mieux l'évolution à la fois intellectuelle, psychologique et affective du grand écrivain lors d'une période charnière de son existence. Cette correspondance est structurée par deux pans essentiels de la vie de Zola. Le premier touche à sa vie amoureuse et affective. Il s'agit des suites de la découverte par Alexandrine, en novembre 1891, de la liaison de Zola avec Jeanne Rozerot. Les lettres que lui écrit Zola sont alors un long chemin pour retrouver la confiance brisée de sa femme. Le second touche à l'engagement politique du romancier… et, bien entendu, de l'affaire Dreyfus.

 

« Madame Zola » d’Evelyne Bloch-Dano – Ed. Grasset

Le destin d'Alexandrine-Gabrielle Meley (1839-1925), épouse d'Emile Zola, sort de l'ordinaire. Née dans la pauvreté, fleuriste à treize ans, elle abandonna sa fille à l'Hôpital des Enfants Trouvés. L'enfant mourut peu après. De ce traumatisme initial et jusqu'ici inconnu viendront toutes les hantises du couple Zola : obsession de la fertilité, peur de ne plus enfanter, puis vie parallèle de Zola avec Jeanne Rozerot. Alexandrine, cette femme en rondeurs qui symbolisa le succès bourgeois, épousant l'auteur de Germinal, a eu l'esprit assez large pour toujours tromper ceux qui l'attendaient du côté des conventions. L'affaire Dreyfus ? Elle conseille Zola et affronte les menaces de mort. Les conversations avec les Goncourt, Daudet, Flaubert, Tourgueniev, Paul Alexis ou Henry Céard ? Elle n'y est pas étrangère. L'adultère de Zola puis la naissance de ses deux enfants ? Elle prouve sa générosité. Cette vie qui commence dans le Paris des petits métiers, du typographe au bimbelotier, des poses avec Cézanne aux canotages de bords de Seine, pour s'achever à l'entrée de Zola au Panthéon, la main dans celle de Jeanne Rozerot, est une traversée du siècle.

 

« Churchill m'a menti » de Caroline Grimm – Ed. Flammarion

C'est une histoire vraie et oubliée. Celle de l'île de Jersey, abandonnée par Churchill en juin 1940, envahie par les Allemands deux mois plus tard. Comment vont survivre les habitants de l'île livrés à l'ennemi ? Pour qui les nazis font-ils construire les seuls camps de concentration de l'Europe de l'Ouest ? Des centaines de Français y seront déportés. Pourquoi Churchill n'en a-t-il jamais parlé ? Ces années de lutte, Caroline Grimm les raconte en suivant le quotidien palpitant de personnages qui n'ont eu d'autre choix que de collaborer avec l'ennemi ou de résister

 

« W3 Tome 1- Le sourire des pendus » de Jérôme Camut et Nathalie Hug – Ed. LGF/Livre de Poche

Lara Mendès, une jeune chroniqueuse, est portée disparue alors qu'elle enquêtait sur le marché du sexe et ses déviances. Un avocat et son épouse sont sauvagement assassinés, leurs fillettes enlevées. A Rennes, Sookie Castel, policière hors norme, s'oppose à sa hiérarchie qui souhaiterait classer ces trois décès en suicide. Qui a enlevé Lara ? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits sont affichés depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats ? Alors que Sookie est mise à pied et internée, partout, le destin d'innocents est broyé sans pitié

 

« Le dernier banquet » de Jonathan Grimwood – Ed. Terra Nova

Un enfant crasseux dévore des scarabées à côté d'un tas de fumier, il a cinq ans et ses parents sont morts. Il s'appelle Jean-Charles d'Aumout et c'est un noble sans le sou qui va connaître un destin exceptionnel. Dans la France du XVIIIe siècle, l'orphelin devenu cadet à l'Académie militaire va grimper les échelons de la société. Soldat, diplomate, espion, amant passionné : Aumout est tout cela à la fois. Sa vie est remplie de fougue et d'intrigues, mais cela ne suffit pas. Il n'a qu'une obsession : l'art culinaire qu'il veut porter à son paroxysme. Alors que la société agonise sous les coups de la Révolution, tel un alchimiste prêt à toutes les expériences, Aumout cherche le goût parfait, absolu. Mais en cuisine, pas plus qu'en politique, la perfection n'est de ce monde.

 

« Le Jardin des pleurs » de Mohamed Nedali – Ed. de l’Aube

Jeunes mariés, Driss et Souad savourent les plaisirs du bonheur conjugal. Mais leur vie bascule suite à l'agression de la jeune femme par un commissaire de police ivre, dans l'hôtel où elle travaille. Le couple porte plainte. Il se heurte dès lors à la réalité brutale d'un système judiciaire archaïque. Le Jardin des pleurs est un récit inspiré d'une histoire vraie - celle d'un procès dont l'échéance sera mortelle - que Mohamed Nedali a décidé de nous narrer sur le ton de la causticité, faisant ainsi le choix de rire d'une réalité terrifiante plutôt que d'en pleurer... Dans une langue à la fois incisive et tendre, l'auteur nous raconte une société marocaine en pleine évolution, mais prisonnière de systèmes si profondément ancrés qu'elle peine à s'en affranchir.

 

« Fouché - Les silences de la pieuvre » d’Emmanuel de Waresquiel – Coédition Tallandier/Fayard

Emmanuel de Waresquiel fouille jusque dans ses moindres recoins la vie d'un homme aussi dissimulé que contradictoire. A l'aide de larges fonds d'archives - dont beaucoup sont inédits, il dessine le portrait brillant d'un incroyable personnage jusqu'ici incompris et desservi par sa légende noire. Il nous donne ce faisant un Fouché d'une surprenante actualité.

 

« Karpathia » de Mathias Menegoz – Ed. POL

En 1833, à la suite d'un duel, le capitaine hongrois Alexander Korvanyi quitte brutalement l'armée impériale pour épouser une jeune autrichienne, Cara von Amprecht. Avec elle il rejoint, aux confins de l'Empire, les terres de ses ancêtres. La Transylvanie de 1833 est une mosaïque complexe, peuplée de Magyars, de Saxons et de Valaques. D'un village à l'autre, on parle hongrois, allemand ou roumain ; on pratique différentes religions, on est soumis à des juridictions différentes. Le régime féodal y est toujours en vigueur et les crimes anciens sont parés de vertus nouvelles. La région est une poudrière où fermentent les injustices, les vieilles haines, les trafics clandestins, les légendes malléables et les rêves nouveaux. A leur arrivée, Alexander et Cara sont immédiatement confrontés à une série de crises allant bien au-delà de la gestion d'un vaste domaine longtemps abandonné aux intendants. Avec leurs ambitions et leur caractère, ils atteindront les frontières incertaines de la puissance et du crime.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article

commentaires