Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 10:00

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

« Le lecteur de cadavres » d’Antonio Garrido – Ed. 10/18

LECTEUR-DE-CADAVRES.gifInspiré d'un personnage réel, Le lecteur de cadavres nous plonge dans la Chine Impériale du XIIIe siècle et nous relate l'extraordinaire histoire de Ci Song, un jeune garçon d'origine modeste sur lequel le destin semble s'acharner. Après la mort de ses parents, l'incendie de sa maison et l'arrestation de son frère, il est contraint de fuir son village avec sa petite sœur malade. Ci se retrouve dans les quartiers populaires de Lin'an, la capitale de l'Empire, où la vie ne vaut pas grand-chose. Il devient un des meilleurs fossoyeurs des « champs de la mort », puis, grâce à son formidable talent pour expliquer les causes d'un décès, il est accepté à la prestigieuse Académie Ming. L'écho de ses exploits parvient aux oreilles de l'Empereur. Celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d'assassinats qui menacent la paix impériale. S'il réussit, il entrera au sein du Conseil du Châtiment, s'il échoue : c'est la mort. C'est ainsi que Ci Song, le lecteur de cadavres, devint le premier médecin légiste de tous les temps. 

 

« Le Tilleul du soir » de Jean Anglade – Ed. Presses de la Cité

le-tilleul-du-soir.gif« Elle retourne vers Saint-Paul. La nuit est venue. Elle lève les yeux pour compter les étoiles qui, à cette heure-ci, brillent aussi sur le Peyroux abandonné, sur les cheminées éteintes, les volets clos, les trois rues vides. Puis elle brandit son bâton pour écarter ce souci qui frelonne autour d’elle. Elle aimerait bien, comme au Peyroux, trouver quelque part, en un coin chaud, sa casserolette de tilleul. La découvrir, verser l’infusion bouillante dans une tasse, la humer, la sucrer, la boire lentement. Sentir sa chaleur lui remplir l’estomac d’une douce distillation. Mais personne ne lui en a offert et elle n’ose demander. Ne va pas déranger le monde. Tant pis pour ta gourmandise. » Bienvenue au Doux Repos ! Chambres spacieuses, service impeccable, pléthore d’activités, nouveaux compagnons et journées bien rythmées : on mange, on dort, on joue au loto, on digère à heures fixes. La vieille Mathilde, irréductible et solitaire, s’est résignée ? pour la première fois de sa vie ? à quitter ses murs et son joli hameau d’Auvergne afin de profiter de nouveaux (et derniers ?) plaisirs terrestres. Là, en compagnie de vieillards édentés dont elle découvre peu à peu les fantaisies, les mesquineries et les angoisses, Mathilde, de son regard digne et bonhomme, s’ingénue à chercher la vie partout, à rester libre, la main tendue pour un peu de tendresse.

 

« Bons baisers de Cora Sledge » de Leslie Larson – Ed. 10/18

CORA-SLEDGE.gifCora : 82 ans, 136 kilos, accro au tabac et aux antidépresseurs. Malgré son tempérament de feu, ses enfants décident de la placer en maison de retraite. Mais pour Cora, pas question de perdre le contrôle de son destin. Elle a bien encore toute la vie devant elle, non ? Avec ses nouveaux amis Marcos et Vitus, la voici bien décidée à s'offrir une seconde jeunesse.

 

 

 

« La saga des grandes dynasties » de Jean Des Cars – Ed. Perrin

la-saga-des-grandes-dynasties.gifJean des Cars est l’historien des grandes dynasties d’Europe et de leurs plus illustres représentants.La Russie ne cesse de retrouver son passé impérial. Sans haine ni a prirori, le temps des tsars sort de l'oubli organisé, pour être reconsidéré après les mensonges et la désinformation imposés par la Révolution puis la guerre civile et la dictature. De Pierre le Grand à Nicolas II, la Russie d'aujourd'hui redécouvre les souverains de l'ancienne Russie, ceux qui ont bâti le plus vaste pays du monde.De l'élection du comte Rodolphe de Habsbourg comme empereur du Saint Empire romain germanique en 1273, à la rénonciation de Charles Ier à la couronne impériale d'Autriche en 1918, Jean des Cars raconte l'histoire des Habsbourg qui, pendant plus de six siècles, ont dominé une grande partie de l'Europe. Une dynastie synonyme de rayonnement artistique, de grandeur politique et d'identité européenne. De l'Angleterre encore imprégnée du prestige de la légendaire reine Victoria au long règne d'Elizabeth II, l'extraordinaire saga d'une lignée de monarques, de reines, de princes et de princesses dont les destins sont de véritables romans. Dans leurs joies comme dans leurs malheurs, ils continuent de fasciner par un unique mélange de traditions et d'audaces. Windsor ? Une passionnante synthèse britannique. Jean des Cars est fait l’historien des grandes dynasties d’Europe et de leurs plus illustres représentants. Parmi ses grands succès : Eugénie, la dernière impératrice ; Sissi ou la Fatalité ; La Saga des Romanov ; La Saga des Habsbourg, La Saga des Windsor et La Saga des reines.

 

« Monsieur Proust » de Céleste Albaret – Ed. Robert Laffont

Monsieur-Proust.jpgCéleste Albaret fut la gouvernante et l'unique confidente de Marcel Proust pendant les huit années où il écrivit son chef-d'oeuvre ?elle est d'ailleurs une des clefs du personnage de Françoise dans La Recherche. Jour après jour elle assista dans sa vie, son travail et son long martyr, ce grand malade génial qui se tua volontairement à la tâche. Après la mort de Proust en 1922, elle a longtemps refusé de livrer ses souvenirs. Puis, à quatre-vingt-deux ans, elle a décidé de rendre ce dernier devoir à celui qui lui disait : " Ce sont vos belles petites mains qui me fermeront les yeux. "

 

 

 

Lydie Zannini

Librairie du Théâtre – Bourg-en-Bresse

 

« Dernier désir » d’Olivier Bordaçarre – Ed. Fayard

DERNIER-DESIR.gif« Bonjour. Excusez-moi de vous déranger, je viens juste me présenter. Je suis votre nouveau voisin. J'ai emménagé dans la maison, là-bas, au bout du chemin. Je m'appelle Martin.- Ah? Martin, vous dites? C'est drôle.- Oui, Vladimir Martin. Pourquoi ?- Eh bien. moi aussi, je m'appelle Martin! » Alors qu'ils ont fui la ville, Mina et Jonathan Martin voient se rompre leur isolement. Élégant, riche, spirituel, Vladimir Martin est le voisin idéal. Un peu trop généreux peut-être. Jonathan se méfie mais Mina n'y voit que du feu. Le nouveau venu ne leur veut-il que du bien ? Avec un art maîtrisé du suspens, Dernier désir interroge nos aspirations secrètes dans une société de bonheurs factices.

 

« La blancheur qu’on croyait éternelle » de Virginie Carton – Ed. Stock

LA-BLANCHEUR-QUON-CROYAIT-ETERNELLE.gifMathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne sort pas beaucoup et n'aime pas se déguiser. Ce qu'elle préfère, c'est regarder le concours de Miss France à la télé en mangeant des palets bretons trempés dans du lait. Quand elle avait sept ans, Mathilde a été traumatisée par la mort de Romy Schneider. A trente-quatre ans, elle pense encore à Julien, et Eléonore, sa meilleure amie, est décidée à lui trouver un bon parti. Lucien est pédiatre, il aime les films avec Jean-Louis Trintignant, et Deauville. Il n'aime pas tellement danser. Ça remonte à son enfance, à l'époque des premières boums ratées. Chaque année, au Nouvel An, il envoie une carte de vœux à ses parents. À trente-cinq ans, il est célibataire. Il aimerait bien que ça change. Mais il n'est pas très à l'aise avec les SMS, alors c'est pas gagné. Mathilde et Lucien habitent le même immeuble mais ne le savent pas. Un jour, le nouveau voisin les invite à sa soirée déguisée. La Blancheur qu'on croyait éternelle est l'histoire de deux solitudes, deux sentimentaux perdus dans un monde plus vraiment sentimental.

 

« Les brumes de l’apparence » de Frédérique Deghelt – Ed. Actes Sud

LES-BRUMES-DE-LAPPARENCE.gifQuand un notaire de province lui annonce qu'elle hérite d'une masure au milieu de nulle part dans l'isolement d'une forêt, décidée dans l'instant à s'en débarrasser, Gabrielle (parisienne, quarante ans) s'élance sur les routes de France pour rejoindre l'inattendu lieu-dit, signer sans état d'âme actes de propriété et autres mandats de mise en vente, agir avec rigueur et efficacité. Un paysage, un enchevêtrement d'arbres et de ronces à l'abandon, où se trouve blottie depuis des décennies une maison dont une seule pièce demeure à l'abri du ciel, dix hectares alentour, traversés par le bruissement d'une rivière et d'une nature dévorante. Tel est le territoire que découvre Gabrielle, insensible à la beauté étrange, voire menaçante, des lieux, après des heures de route. Contrainte de passer la nuit sur place, isolée, sans réseau téléphonique, Gabrielle s'endort sans avoir peur. Mais son sommeil est peuplé de rêves, d'odeurs de fleurs blanches et de présences. Dans les jours qui suivent, toutes sortes de circonstances vont l'obliger à admettre ce qu'elle refuse de croire : certains lieux, certaines personnes peuvent entretenir avec l'au-delà une relation particulière.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article

commentaires