Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 


Retrouvez sur ce blog les coups de coeur des libraires... 

Chaque semaine, nous vous présenterons la liste des livres présentés dans l'émission, ainsi que les coups de coeur de Valérie Expert !


Horaires de diffusion
: Jeudi 16 h 10, samedi 14 h 35, dimanche 16 h 35, mardi 16 h 40 et mercredi
15 h 40

 

Damien Givelet
 
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
 

 


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

SAINT MAUR en Poche 2013« Saint-Maur en Poche », Le 5ème Salon international du Livre de Poche, se tiendra sur le parvis de Saint-Maur-des-Fossés les 22 et 23 juin prochain

 

 

 

 

 

« Journal littéraire » de Paul Leautaud – Ed. Gallimard

PAUL LEAUTAUD"Je n'ai rien créé, je n'ai rien inventé. Je suis un rapporteur de propos, de circonstances, un esprit critique, qui juge, apprécie, extrêmement réaliste, auquel il est difficile d'en faire accroire. Rien de plus. Je peux ajouter : le mérite d'écrire avec chaleur, spontanément, sans travail, prompt et net, - et quelque esprit". Lire le Journal littéraire de Paul Léautaud, c'est vivre une deuxième vie. Sourire à la malice, aux indiscrétions de celui que Jean Chalon surnomma le concierge des lettres, son Attila. Mais plus qu'une galerie de portraits - de Valéry, Apollinaire, Giraudoux, Sacha Guitry entre tant d'autres - ou l'observation minutieuse d'une société, c'est le quotidien même de son auteur qui nous est ici décrit. Paul Léautaud y apparaît avec sa tristesse, son égocentrisme, son inflexible liberté de penser.

 

« Meurtre au Ritz » de Michèle Barrière – Ed. LGF / Le Livre de Poche

MICHELE BARRIEREAlors que l'affaire Dreyfus bat son plein, César Ritz est sur le point d'ouvrir les portes de son nouveau palace parisien, dont les cuisines ont été confiées au grand chef Auguste Escoffier. Quel n'est donc pas le choc ressenti lorsque, à quelques jours de l'inauguration, le cadavre d'une jeune femme est retrouvé pendu dans une chambre froide du Ritz. Pour ne pas ébruiter l'affaire, l'enquête est confiée au filleul d'Auguste Escoffier, Quentin Savoisy, jeune journaliste gastronomique au Pot-au-Feu. Épaulé par sa fiancée aristocrate et féministe de la première heure, Quentin est loin d'imaginer qui se cache derrière ce terrible meurtre

 

« La dame du manoir de Wildfell Hall » d’Anne Brontë – Ed. Archipoche

ANNE BRONTEL'arrivée de Mrs Helen Graham, la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, bouleverse la vie de Gilbert Markham, jeune cultivateur.Qui est cette mystérieuse artiste, qui se dit veuve et vit seule avec son jeune fils ? Quel lourd secret cache-t-elle ? Sa venue alimente les rumeurs des villageois et ne laisse pas Gilbert insensible. Cependant, la famille de ce dernier désapprouve leur union et lui-même commence à douter de Mrs Graham... Quel drame s'obstine-t-elle à lui cacher ? Et pourquoi son voisin, Frederick Lawrence, veille-t-il si jalousement sur elle ? Publié en 1848, La Dame du manoir de Wildfell analyse la place des femmes dans la société victorienne. Considéré comme l'un des tout premiers romans féministes, il entretient de nombreux liens avec Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë et s'inspire de la descente aux enfers, de l'alcoolisme et de la débauche de leur frère Branwell, mort entre leurs bras.

 

« Villette » de Charlotte Brontë – Ed. Archipoche

CHARLOTTE BRONTËLucy Snowe, 14 ans, a développé une profonde affection pour le jeune Graham Bretton, fils de sa marraine. Leur attachement est mutuel, mais le père de Graham vient bientôt récupérer son fils... Peu de temps après leurs adieux, Lucy doit quitter la maison. Après quelques hésitations, elle est engagée comme aide par Miss Marchmont, une dame handicapée. À la mort de celle-ci, pleine d'attentes et d'espoirs, Lucy prend un navire pour le royaume de Labassecour et sa capitale, Villette, où elle est employée comme institutrice à l'internat pour jeunes filles de Mme Beck.Dans cette école, un certain Dr John rend souvent visite à la coquette Ginevra, dont il est amoureux. Mais on apprend que le Dr John n'est autre que Graham Bretton. Bientôt, Lucy et lui renouent...Charlotte Brontë a transposé dans son dernier roman, de façon à peine voilée, son expérience de préceptrice à Bruxelles, dans la pension de M. Héger.

 

« Pauvre Miss Finch - Une histoire de famille » de William Wilkie Collins – Ed. Phébus

WILKIE COLLINSLucilla, jeune fille de bonne famille, aveugle de naissance, est amoureuse d'Oscar, brave garçon dont la beauté et les qualités se résument pour elle au son de sa voix. Opérée de la cataracte, elle retrouve la vue... sans se douter qu'à la faveur d'un complot un autre va prendre la place d'Oscar en se faisant passer pour lui.

 

 

 

« La grande course de Flanagan » de Tom McNab – Ed. J’ai Lu

TOM MCNAB"Kate Sheridan parvint à esquisser un pâle sourire, remonta sur la route et se remit en mouvement. Ils coururent ensemble, lentement d'abord, Kate ajustant sa foulée au rythme de Morgan. Du coin de l'oeil droit, elle discernait son épaule gauche, la sentait l'entraîner vers leur objectif commun, sentait en lui un aimant qui l'attirait vers la ligne d'arrivée." La plus grande course à pied jamais organisée à travers les Etats-Unis : c'est l'incroyable défi que lance Charles C. Flanagan, alors que le pays s'enfonce dans la crise de 1929. Sur la ligne de départ, à Los Angeles, ils seront plus de deux mille, venus de soixante pays. Quelques centaines atteindront New York. Au fil des étapes, ils apprendront à se connaître, trouveront pour certains l'amitié, l'amour... Ensemble, ils iront au bout d'eux- mêmes.

 

 

Stanislas Rigot

Libraire - Lamartine - Paris

 

“Hollywood Babylone” de Kenneth Anger – Ed. Tristram  

KENNETH ANGERLivre d’une très grande originalité de propos et de facture, Hollywood Babylone présente toutes les caractéristiques de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler un « livre culte ». On pourrait même dire qu’il constitue un prototype du genre. Longtemps resté inédit dans les pays anglo-saxons, et d’abord publié — dans une version embryonnaire — par Jean-Jacques Pauvert à Paris, Hollywood Babylone invente, dès les années 1950, ce qui deviendra au cours des décennies suivantes l’approche « people », voire « trash », de la célébrité et du show-business.

 

« La dernière conquête du major Pettigrew » d’Helen Simonson – Ed. 10/18

HELEN SIMONSONA Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l'heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu'à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l'archétype même du gentleman anglais. Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n'est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. Mais, le jour ou le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son cœur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d'origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, ou le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d'autant plus nombreux que leurs familles s'en mêlent…

 

« Famille modèle » d’Eric Puchner – Ed. LGF/Livre de Poche

ERIC PUCHNERLes Ziller - Warren, Camille, Dustin, Lyle et Jonas - ont quitté le bonheur paisible du Wisconsin pour la Californie du rêve américain. Ils habitent maintenant au bord du Pacifique dans un ghetto pour riches. Warren, qui a investi toutes leurs économies dans un projet immobilier, ne se résout pas à avouer à sa femme et à ses enfants que l'affaire vient de tourner au désastre.

 

 

 

« Le chapeau de Mitterrand » d’Antoine Laurain – Ed. J'ai lu

ANTOINE LAURAINDaniel Mercier dîne seul dans une fameuse brasserie parisienne quand - il n'en croit pas ses yeux - un illustre convive s'installe à la table voisine : François Mitterrand. Son repas achevé, le Président oublie son chapeau, que Daniel décide de s'approprier en souvenir. Tel un talisman, le feutre noir ne tarde pas à transformer sa vie. Daniel aurait-il percé le mystère du pouvoir suprême ? Hélas, il perd à son tour le précieux couvre-chef qui poursuit de tête en tête sa promenade savoureuse, bouleversant le destin de personnages pittoresques et brossant, sous la forme d'une fable, un tableau de la France des années quatre-vingt

 

« A la trace » de Deon Meyer – Ed. Seuil

DEON MEYER - A LA TRACESeptembre 2009.- Milla Strachan, lasse de vingt ans de mariage-maltraitance, plaque son mari et est embauchée par la Presidential Intelligence Agency, branche des services secrets. La PIA surveille un groupuscule islamiste qui semble attendre une importante livraison par bateau. - Lemmer, l'antihéros de Lemmer l'invisible, est chargé par un défenseur des espèces animales menacées d'assurer le transfert à la frontière du Zimbabwe de deux inestimables rhinos noirs. Lors d'une fusillade, il est dépossédé de son Glock, où ses empreintes abondent. Il n'aura de cesse de le récupérer -Milla s'entiche d'un aventurier, Lukas, prétendument archéologue, en réalité archéologue-gentleman-cambrioleur. Il combat un gang allié aux Islamistes qui a embarqué par accident ses économies et refuse de les lui restituer. L'action de Lukas va croiser celle des services secrets, qui le prennent à tort pour un terroriste. - Mat Joubert, au service de l'agence de détectives privés créée par l'ex-inspecteur Griessel (deux revenants !) enquête sur la disparition de Davie Flint, cadre de l'Atlantic Bus Company, qui s'est volatilisé devant son club de gym.

 

« Miséricorde » de Jussi Adler-Olsen – Ed. LGF/Livre de Poche

JUSSI ADLER OLSENPourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne.

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

“Annabel” de Kathleen Winter – Ed. Christian Bourgois

KATLEEN WINTEREn 1968 au Canada, un enfant voit le jour dans un village reculé de la région du Labrador. Ni garçon ni fille, il est les deux à la fois. Seules trois personnes partagent ce secret : les parents de l'enfant et Thomasina, une voisine de confiance. Ces adultes prennent la difficile décision de faire opérer l'enfant et de l'élever comme un garçon, prénommé Wayne. Mais tandis que ce dernier grandit, son moi caché - une fille appelée Annabel - ne disparaît jamais complètement…

 

 

Christie Watson « Les Esprits de l'eau » - Denoël

CHRISTIE WATSONLa petite Blessing et son frère Ezekiel mènent une vie agréable à Lagos : des parents formidables, une jolie maison avec tout le confort moderne. Mais leur univers bascule le jour où leur père les quitte pour une autre femme. La mère de Blessing est licenciée de l'hôtel luxueux où elle travaille - seules les femmes mariées y sont acceptées - et, sans un sou, ils doivent quitter Lagos pour un village reculé dans le delta du Niger, où vivent leurs grands-parents. Pour Blessing, c'est un choc : fini l'école, l'air conditionné et les domestiques. Elle doit s'adapter à une vie rustique, misérable, qu'elle déteste. Ce qu'elle ignore, c'est que certaines familles survivent à tout...

 

« Le Clan Pasquier », La saga culte de Georges Duhamel – Ed. Flammarion

CLAN PASQUIER 2« 1900-1913 »

Ah ! Qu'ils l'ont attendu, les enfants du clan Pasquier, cet âge adulte qui se profile devant eux ! Ils rêvent de pouvoir s'émanciper de ce père irresponsable et fantasque qui a gâché leur enfance, meurtri leur adolescence et réduit la vie de leur mère, la brave Lucie, à un douloureux enfer domestique. Les voici donc, aux premières années du jeune XXe siècle, dont ils attendent le meilleur sans présager le pire. Pour Joseph, l'affaire est entendue et ses premiers millions gagnés ont fait de lui un homme cynique et retors. Pour Laurent, l'espoir de voir la Science rendre le monde meilleur l'empêche de chercher pour lui-même les réconforts de l'amour. Pour Cécile, la pianiste surdouée, la gloire est à portée de main quand l'Amérique commence de lui faire les yeux doux ; pour Suzanne, l'apprentissage du théâtre se fait sous la houlette de la glorieuse Sarah Bernhardt ; et pour Ferdinand, la médiocrité semble déjà régir une existence sans passion ni volonté.

CLAN PASQUIER 1« 1913-1931 »

C'est son propre destin qu'affronte maintenant le Clan Pasquier. Leur invraisemblable père est toujours là, plus fantasque que jamais, mais ils ont appris à s'en protéger ; ne leur reste qu'à épargner à leur mère les délires inventifs d'un mari à qui l'âge n'apporte guère la sagesse. Le XXe siècle s'offre aux cinq enfants de la famille, mais ce n'est que pour les confronter à ses horreurs. Le bonheur paraît hors de portée de ces êtres tourmentés. Cécile parmi nous, Le combat contre les ombres, Suzanne et les jeunes hommes et La passion de Joseph Pasquier : les quatre derniers romans du Clan Pasquier nous font voyager de la veille de la Grande Guerre jusqu'à l'aube des années 30. Dans un monde à feu et à sang, Laurent participe aux fantastiques bonds en avant de la médecine, Cécile détruit ses amours pour mieux aimer la musique, Suzanne s'isole dans sa gloire de comédienne, Ferdinand s'enterre dans sa médiocrité tandis que le destin fait payer l'insolence de sa réussite au richissime Joseph. Quand s'écrit le mot « fin », Georges Duhamel tire le rideau sur les premiers actes de la tragédie des Pasquier. Le dernier mot pourtant n'est pas dit. Sous la plume de son petit-fils Jérôme, le Clan Pasquier retrouvera vie aux premiers temps de la Seconde Guerre mondiale, à L'heure où les loups vont boire.

 

« Saga parisienne » de Gilles Schlesser – Ed. Parigramme

SAGA PARISIENNE(1942-1958 - Un balcon sur le Luxembourg) Paris sous l'Occupation. Un tableau de Picasso disparaît dans la grande rafle du 16 juillet 1942. Une famille se déchire. La guerre scelle les destins... et notamment celui de Pierre Ormen, romancier en vue et résistant de la première heure, que tout oppose à son frère Amédée, vague collabo et vrai salaud. Pierre fait partie de ces êtres auxquels la Providence semble avoir donné toutes les vertus et la vie toutes les chances. Après la Libération, sa réussite est éclatante. Mais derrière les apparences s'abrite une âme sombre, dévastée par des secrets que nul ne doit partager. Ce portrait de famille est aussi celui d'une époque, de l'effervescence du Paris de l'après-guerre, des cabarets de Saint-Germain-des-Prés, des cafés où l'on reconstruit le monde, des maisons d'édition où l'on tente de le conquérir... Un balcon sur le Luxembourg est le premier volume d'une "Saga parisienne" qui en comptera trois, donnant vie à autant de générations de la famille Ormen, de l'Occupation à nos jours

 

Valérie Expert

 

« Comment voulez-vous que j'oublie... Madeleine et Léo Ferré, 1950-1973 » d’Annie  Butor – Ed. Phébus

ANNIE BUTORPour la première fois, l'histoire de l'amour fou qui unit durant dix-huit ans Madeleine et Léo Ferré est racontée de l'intérieur, par la fille de Madeleine, qui partagea leur quotidien dès l'âge de cinq ans. Celle pour qui Léo Ferré écrivit "Jolie môme" évoque la misère des débuts, le succès, la gloire et les dérives. Elle assiste à la création de plus de deux cents chansons, aux rencontres avec André Breton, Aragon, Louise de Vilmorin, le prince Rainier - pour ne citer qu'eux - et partage la passion du couple pour les animaux, des Saint-Bernard aux oiseaux en passant par les chimpanzés ! Témoin privilégié de cette époque peu connue de la vie de Léo Ferré, Annie Butor réhabilite la mémoire de sa mère et trace un portrait émouvant, mais sans concession, de ces deux êtres exceptionnels. Un témoignage unique

 

« Je sais cuisiner - Plus de 2000 recettes » (édition revue et corrigée) de Ginette Mathiot - Ed. Albin Michel

GINETTE MATHIOTAvec plus de 2 000 recettes, Je sais cuisiner s'est imposé depuis 1932 comme la bible de la cuisine française. Clair, pratique et complet, ce best-seller se transmet de génération en génération, proposant toutes les recettes qui fondent notre patrimoine culinaire : les basiques, les grands classiques et les incontournables spécialités régionales ou étrangères. Gougère, béchamel, cuisson d'un rôti ou des asperges, gratin dauphinois, beignets de carnaval, coq au vin, soufflé au fromage, moussaka, courgettes farcies, tarte Tatin, crème caramel... Chaque recette a été plusieurs fois testée, les quantités et les temps de cuisson soigneusement vérifiés. Indispensable au quotidien comme pour une occasion particulière, que vous soyez seul, en couple ou en famille, débutant ou non, ce livre vous accompagnera tout au long de votre vie.

 

Dans la Collection Champion Les Mots chez Honoré Champion…

A TABLE LE MENU« A table... le menu ! » de Patrick Rambourg

Nous gardons tous au fond d'un tiroir un menu qui nous rappelle l'heureux souvenir d'un repas convivial. Mais que savons-nous vraiment du menu ? De sa genèse, de son histoire, et de son apport à la société ? Des premiers menus du Moyen Age aux menus dégustation des chefs d'aujourd'hui, Patrick Rambourg raconte comment le menu a migré de la cuisine à la salle pour devenir un outil de la convivialité et de la gastronomie, et un support artistique et publicitaire.

LE JARDIN« Le jardin - Qui repose l'œil sans l'égarer » de Jean Pruvost

Paradisus, c'est la traduction qu'en offre R. Estienne en 1539 avant d'évoquer le jardin à herbes et à violettes. En 1571, De La Porte insiste : qu'il soit récréatif, potager, médicinal ou rapporte-fruit, le jardin est heureux, propice à " une joie extrême " devant un œillet bigarré, mais aussi " de grand secours aux pauvres ", ajoute en 1685, Rochefort, précisant qu'Alexandre le Grand fit Roi de Sydon son jardinier. Citations et proverbes abondent : que signifie faire comme le chien du jardinier " ? Que sont les jardins de la mer de glace ? Peut-on jardiner les oiseaux sur des billots ? Quel rapport étymologique existe-t-il entre hortillon, jardin et garder ? Jardins de curé, d'ouvrier, de case, ou bien d'Adonis, de l'Académie, d'Epicure, etc., des délices ou des supplices, ou encore français, anglais, japonais, et surtout potager ou d'agrément… Qui est le Dieu des Jardins ?

 

« La bouteille de vin - Histoire d'une révolution » de Jean-Robert Pitte – Ed. Tallandier

JEAN-ROBERT PITTEPar leurs formes qui varient dans le temps et d'une région à l'autre, les bouteilles de vin racontent une histoire passionnante. Cet ouvrage novateur le montre avec beaucoup de science et de verve. Jamais les vins n'auraient pu vieillir à l'abri de l'air et de la lumière et jamais la personnalité des terroirs et des millésimes n'aurait pu se révéler avec autant d'éclat sans l'invention de la bouteille. La révolution date du Ier siècle de notre ère, c'est la mise au point de la canne à souffler. Au début du XVIIe siècle, les productions européennes, trop fragiles, ne peuvent servir à déplacer des liquides à longue distance. C'est alors qu'un pays importateur, l'Angleterre, réalise la bouteille en verre épais et noir, élaborée dans un four chauffé au charbon. Les mêmes Anglais découvrent au Portugal les vertus du liège qui permet un bouchage hermétique et de confier aux bouteilles du vin de qualité, de les coucher, les transporter et les conserver. Bientôt ils inventent encore le champagne mousseux que les Français ne confectionneront qu'à partir de la Régence.

 

« Duchesse à l’anglaise » de Deborah Devonshire – Ed. Petite bibliothèque Payot

DEBORAH DEVONSHIREDans son agenda, la mère de Deborah Devonshire n’a rien écrit au printemps 1920 sur la naissance de cette sixième fille ; en revanche, elle a n’a pas oublié de noter : « La cheminée de la cuisine a été ramonée. » Pas facile en effet de se tailler une place quand on est la plus jeune des excentriques sœurs Mitford ! L’aînée, Nancy la romancière, fut amoureuse d’un gaulliste de la première heure, la deuxième des animaux et la troisième d’Hitler ; la quatrième se convertit au fascisme et la cinquième au communisme. La petite dernière, elle, a grandi dans la douce campagne anglaise, mais c’est sous les bombes qu’elle épousa à Londres un autre cadet de famille, lequel devint contre toute attente onzième duc de Devonshire. À la fin des années 1950, le couple s’établit à Chatsworth, ce « Versailles anglais » auquel Debo redonna vie et qui fut sans doute le plus grand amour de sa vie. Devenue veuve, elle a emménagé dans un presbytère puis fêté ses quatre-vingt-dix-ans avant de se décider à publier ses mémoires. Parente de Winston Churchill et du président Kennedy, grande amie du peintre Lucian Freud et du prince Charles, la « duchesse douairière » distille l’humour Mitford dans une galerie de portraits qui nous promène de son poulailler jusqu’au champ de courses d’Ascot, et c’est ce même humour qui l’a aidée à supporter les drames d’une existence qui ne fut pas toujours une dolce vita à l’anglaise.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 16:10

 

 

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

« Et mes secrets aussi » de Line Renaud (avec Bernard Stora) – Ed. Robert Laffont

LINE-RENAUD.gif“What a personality!”. Voilà ce que dit Frank Sinatra de la jeune Line Renaud, phénomène que le Tout-Hollywood s’empresse d’aller applaudir à Las Vegas au début des années 1960. C’est en effet une personnalité hors du commun qui livre ici ses mémoires. Il en faut du talent, de l’énergie, de la générosité à la petite chanteuse de Pont-de-Nieppe pour monter et se faire acclamer sur les plus grandes scènes du monde, du Moulin-Rouge au Dunes à Las Vegas. Il en faut, de la personnalité, pour fréquenter et se faire aimer des plus grands : Joséphine Baker, Dean Martin, Gregory Peck, Cary Grant, Elvis Presley, Sugar Ray Robinson, Liz Taylor, sans oublier Charles Trenet, Dalida, Johnny Hallyday ou Jacques Chirac. Ces mémoires fourmillent d’anecdotes stupéfiantes, de confidences inattendues, de secrets bien gardés. Line Renaud nous en dit long par exemple sur ses (mauvaises) relations avec Édith Piaf, sur Loulou Gasté et leur vie amoureuse bien plus mouvementée qu’il n’y paraît…

 

« W3 le sourire des pendus » de Nathalie Hug et Jérôme Camut – Ed. Telemaque

Haut du formulaire

Bas du formulaire

CAMUT-HUG.jpgLara Mendès, jeune chroniqueuse télé, enquête sur le marché du sexe et ses déviances. Elle disparaît sur un parking d'autoroute... Désemparés par la lenteur de l'enquête, ses proches reçoivent le soutien de Léon Castel, fondateur d'une association de victimes. Sa fille Sookie, policière hors norme, a enquêté sur une triple pendaison qui semble liée à l'affaire. Qui a enlevé Lara? Pourquoi? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits s'affichent depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats? Réseaux criminels ou tueurs isolés?

 

« Jean-Bark » de Philippe Claudel – Ed. Stock

PHILIPPE CLAUDEL« J'ai connu un Jean-Marc. Il y en avait au même moment des dizaines d'autres. J'en suis sûr. J'aimais ta géométrie variable, que je n'ai jamais constatée mais que je supposais. Tu avais l'art de l'adaptation. Ce qui t'importait, c'était moins toi-même que celui qui te faisait face. Tu ne te mettais jamais en avant. Tu faisais exister l'autre. Il devenait à ton contact l'être soudainement le plus important. Tu étais changeant, arc-en-ciel. Je te soupçonnais de pouvoir dire à l'un quelque chose et au suivant son contraire. Aucune hypocrisie dans cela. Tu n'étais pas là pour juger des opinions. Tu nous prenais comme nous étions. Tu nous donnais ce que nous espérions trouver. Tu savais, pour l'être toi-même, qu'un auteur est plus fragile qu'une libellule. Il te fallait tout simplement préserver les conditions dans lesquelles ses ailes pouvaient continuer à se déployer, fines et somptueuses.

 

« Landru 6h10 temps clair - Les pièces du dossier » d’Eric Yung – Ed. SW Télémaque

LANDRUPour la première fois, les pièces du dossier de police de la plus célèbre des affaires criminelles françaises du XXe siècle sont dévoilées au public. Des premiers soupçons à l’exécution d’Henri Désiré Landru, un petit matin de février 1922 à « 6h10 par temps clair », des notes d’enquête de l’inspecteur Jules Belin au compte rendu d’expertise psychiatrique de Landru, les faits et les documents tissent un motif fascinant. Au cœur de la toile, le mystère Landru : un mode opératoire jamais élucidé, l’absence de corps des onze victimes, le refus obstiné de tout aveu, la personnalité magnétique et totalement énigmatique du premier tueur en série français identifié. Cf. l’exposition « LANDRU – 6H10 TEMPS CLAIR (les pièces du dossier) » au musée des Lettres et Manuscrits.

 

 « Les Romanov - Une dynastie sous le règne du sang » d’Hélène Carrère d'Encausse – Ed. Fayard

HELENE CARRERE D ENCAUSSEEn 1613, les Romanov ont été portés sur le trône de Russie à l'issue de siècles tragiques où le pouvoir a été transmis ou conquis par le meurtre. De 1613 à 1917, quinze souverains dont trois femmes ont incarné la dynastie. Les Romanov ont gouverné un empire devenu le pays le plus étendu du monde - ce qu'il est encore en 2013. Cette dynastie exceptionnellement brillante, certains empereurs - Pierre le Grand, Catherine II, Alexandre II - comptent parmi les plus hautes figures de l'histoire universelle, a permis à la Russie de devenir une très grande puissance européenne puis mondiale. Pourtant, le sang n'a cessé de couler au pied du trône. De là, trois questions, l'histoire russe a-t-elle créé les conditions de cette violence ininterrompue ? Le destin tragique de cette dynastie était-il écrit dans son passé : invasions, cultures, religions diverses qui se mêlaient sur la terre russe ? Ce rapport inédit du pouvoir légitime et de la violence conduisaient-ils inéluctablement à la tragédie finale et au système totalitaire dont la capacité de durer et la violence furent non moins exceptionnelles ?

 

 

Patrick Esclapez

Librairie Jean Jaurès – Nice

 

Massimo Carlotto « A la fin d’un jour ennuyeux » – Ed. Metailié noir

MASSIMO CARLOTTOGiorgio Pellegrini, l'antihéros de « Arrivederci amore », ancien combattant des luttes sociales des années 70 devenu impitoyable criminel, possède désormais tout ce dont il avait rêvé : une épouse qu'il manipule au gré de ses caprices sadiques et un luxueux restaurant, rendez-vous de tous ceux qui comptent dans sa cité du Nord-Est italien. Il gère aussi, avec l'aide de son avocat, le député Brianese, un réseau d'escort-girls pour les politiciens affairistes qui mettent la région en coupe réglée. Mais, découvrant que l'avocat l'a grugé, il retrouve ses instincts de voyou brutal pour tenter d'obtenir réparation. Mal lui en prend : l'avocat le fait placer sous la domination de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise. Pour lui échapper, ses instincts de grand fauve calculateur, même avec l'aide de trafiquants maltais et d'un malfrat russe, suffiront-ils ?

 

Frédéric Lenoir et Simonetta Greggio « Nina » - Ed. Stock

FREDERIC LENOIR - NINAOublie-t-on jamais son premier amour ? Adrien a décidé de mourir. Mais alors qu’il s’apprête à avaler un mélange de médicaments, resurgit le souvenir de Nina, une jeune Italienne avec qui il a passé, enfant puis adolescent, des vacances lumineuses sur la côte amalfitaine. Repoussant son suicide d’un soir, puis d’un autre, il lui écrit une longue lettre qui devient, au fil des nuits, la bouleversante déclaration d’amour qu’il n’a jamais osé lui faire. Il ne se doute pas que ses mots toucheront plusieurs existences : la sienne et celle de Nina d’abord, mais également celle de tous ceux qui, de près ou de loin, seront émus par son écriture.

 

René Frégni « Sous la ville rouge » - Ed. Gallimard

SOUS LA VILLE ROUGECharlie Hasard habite à Marseille. C'est un solitaire qui ne connaît que deux passions : l'écriture et la boxe. Il a subi de nombreux échecs auprès des éditeurs, et trouve un exutoire dans les séances d'entraînement au club. Quand un de ses textes trouve enfin grâce auprès d'un éditeur parisien, Charlie est persuadé que sa vie va enfin changer. C'est en réalité le début pour lui d'un effrayant engrenage. L'histoire de cet écrivain cherchant ses mots à coups de pioche se déroule dans le cadre lumineux et violent de Marseille, que René Frégni décrit avec le lyrisme sensuel qui est sa marque. Sous la ville rouge est à la fois un thriller redoutablement efficace et une fable sur le désir d'écrire.

 

David Vann “Impurs” - Ed. Gallmeister

DAVID VANNEté 1985. Dans la vieille demeure familiale, en plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen vit seul avec sa mère. Tandis que celle-ci s'attache à faire revivre un passé idéalisé et l'étouffe d'un amour oppressant, le jeune homme tente de trouver refuge dans la méditation. Son existence et celle de sa mère sont rythmées par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu'ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l'accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l'obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l'explosion. Une fois que la noirceur de chacun se sera révélée au grand jour, rien ne pourra plus les préserver du pire.

 

 

 

Valérie Expert

 

FESTIVAL-DU-LIVRE.jpgA signaler que le week-end du 7 juin se tiendra le Festival du Livre de Nice… Plus de 200 écrivains seront présents pour cette 18ème édition dédiée cette année à la Francophonie.

 

 

 

« Roger Federer - Le virtuose » de Patrice Dominguez – Ed. Chiron

ROGER-FEDERER.gifC'est avec admiration que Patrice Dominguez dresse un portrait du joueur qu'il a connu à ses débuts et qu'il a suivi jusqu'à aujourd'hui, commémorant dix années de grands chelems (2003-2013).

 

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

« En Amazonie - Infiltré dans le "meilleur des mondes" » de J-B Malet – Ed. Fayard

EN AMAZONIEPour son pic d'activité, à l'approche des fêtes de Noël 2012, Amazon recrute des milliers d'intérimaires. Pour la première fois en France, un journaliste décide d'infiltrer un entrepôt logistique du géant du commerce en ligne. Il intègre l'équipe de nuit. Après avoir souscrit au credo managérial et appris la novlangue de l'entreprise, c'est la plongée dans la mine : il sera pickeur, chargé d'extraire de leurs bins (cellules) des milliers de « produits culturels », amassés sur des kilomètres de rayonnages, marchandises qu'il enverra se faire emballer à la chaîne par un packeur, assigné à cette tâche. Chaque nuit, le pickeur courra son semi-marathon, conscient de la nécessité de faire une belle performance, voire de battre son record, sous le contrôle vigilant et constant des leads (contremaîtres), planqués derrière des écrans : ils calculent en temps réel la cadence de chacun des mouvements des ouvriers, produisent du ratio et admonestent dès qu'un fléchissement est enregistré... Bienvenue dans le pire du « meilleur des mondes », celui qui réinvente le stakhanovisme et la délation sympathiques, avec tutoiement.

 

J Courtney Sullivan – Ed. Rue Fromentin…

MAINE SULLIVAN« Maine »

Alice, 80 ans, s’apprête à vivre un dernier été dans le Maine, avant de céder la maison familiale. Cette demeure est chargée d’histoire : depuis plus de trente ans, chaque année, Alice y a passé ses vacances avec ses filles et l’ensemble de sa famille. Toute son existence de jeune immigrée irlandaise peut se lire sur ces murs, à l’exception de ce secret douloureux qui la ronge depuis de nombreuses années. Ce dernier été sera celui des tensions et des explications. Alice, femme ultrasensible mais d’apparence froide, accueille pour une dernière fois sa fille rebelle (Kathleen, 55 ans), sa petite-fille enceinte et seule dans la vie (Maggie, 32 ans) sa belle-fille dévouée mais trop parfaite, (Ann Marie, 50 ans). Ce séjour va bouleverser les liens qui les unissent et leurs visions de la famille.

 

DEBUTANTES SULLIVAN« Les débutantes »

"Au début de leur deuxième année, Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonnes et emménagé à l'étage principal, mais elles étaient toujours voisines. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New Yorker et de Vogue." Quatre amies se rencontrent à l'Université féminine de Smith, campus mythique des Etats-Unis, haut lieu de la culture féministe. C'est le début d'une intense amitié. Le temps, le mariage, la vie d'adulte les sépareront, mais la disparition inexpliquée de l'une d'entre elles finira par les réunir. Face aux déceptions de l'existence, rien n'est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de faculté. Bree, Celia, April et Sally vont s'en rendre compte.

 

« L'homme aux deux visages - itinéraires croisés : Jean Moulin/ René Bousquet » d’Alain Minc – Ed. Grasset

ALAIN MINCCe livre est le fruit d'une vieille fascination vis-à-vis des choix que les individus ont faits pendant la guerre. Fascination d'autant plus grande que je suis issu d'un milieu de juifs communistes pour lesquels l'alternative n'existait pas : s'ils ne résistaient pas, ils mourraient. De ce point de vue, les figures liées de Moulin et Bousquet sont fascinantes. Même milieu petit-bourgeois, radical, franc-maçon, républicain. Même ambition de provinciaux. Même carrière préfectorale jusqu'en 1940 avec un Bousquet plus courageux et plus brillant. Et l'un devient progressivement Moulin et l'autre Bousquet. Etait-ce écrit ? Non. La vie est pleine d'embranchements et de chemins de retour. Qui sait ainsi que Moulin a été pendant six mois un préfet diligent du régime de Vichy avant d'être mis à la retraite d'office ? Ne l'aurait-il pas été, quel aurait été son itinéraire ? Bousquet est pris dans l'engrenage de l'ambition et de la carrière bureaucratique - mais tout en planifiant la rafle du Vel d'Hiv, il aide des résistants.
Aurait-il décidé à l'été 1943 quand la victoire alliée se dessinait de rejoindre la Résistance, qui serait-il devenu ? Ce livre mêle les itinéraires de Moulin et de Bousquet, du héros et du salaud, les suit pas à pas et essaie de comprendre leurs évolutions psychologiques, les décisions, les concours de circonstances, les hasards, les moments de vérité. Une vie n'est jamais complètement écrite. Il n'y a pas un ADN du bien ou du mal : c'est une lente évolution qui fait pencher d'un côté ou de l'autre.

 

« 7 femmes » de Lydie Salvayre – Ed. Perrin

LYDIE SALVAYRESept femmes. Sept allumées pour qui l'écriture n'est pas un supplément d'existence mais l’existence même. Sept œuvres dont la force et la beauté ont marqué Lydie Salvayre et décidé pour beaucoup de sa vie. Sept parcours, douloureux pour la plupart, dont elle suit les élans, les angoisses, les trébuchements et les fragiles victoires.

 

 

 


Valérie Expert

 

« A toi pour l'éternité » de Daniel Glattauer – Ed. Grasset

DANIEL GLATTAUERCélibataire, belle, libre et indépendante, Judith est pourtant peu sûre d'elle et pleine de doutes : à trente-six ans, elle n'a toujours pas trouvé l'amour. Jusqu'au jour où elle croise, dans un supermarché, le chemin de Hannes, qui lui marche sur le pied. L'incident est banal et l'histoire pourrait bien s'arrêter là, mais Hannes fait très vite irruption dans le magasin de lampes de Judith et, avec des discours enflammés et des attentions de tous les instants, il ne tarde pas à s'immiscer aussi dans sa vie. Car même s'il est un peu envahissant, Hannes est un homme parfait, le rêve de toute belle-mère, à en croire ses proches et ses amis. Toutefois l'amour tourne bientôt à l'obsession et l'idylle au cauchemar, et Judith étouffe dans cette relation possessive. Elle tente bien de rompre, mais Hannes sait se montrer tenace - peut-être même un peu trop pour être honnête - et absent, il est plus que jamais présent et la poursuit jusque dans ses rêves.

 

« Un père en colère » de Jean-Sébastien Hongre – Ed. Max Milo

JS HONGREStéphane, ingénieur, et Nathalie, enseignante, se sont rencontrés au cœur d'une librairie, se sont aimés et très vite installés dans une coquette maison à proximité de Paris pour élever leurs enfants : Fred et Léa. Vingt ans plus tard, les enfants sont devenus deux jeunes adultes. Elevés dans une ville touchée de plein fouet par la crise, ils ont dû s'adapter à la violence croissante de leur environnement et ont choisi de devenir "bourreaux" plutôt que "victimes".
Ils ont adopté le rapport de force comme mode de communication. Intervient un drame. Stéphane prend alors la parole à travers un blog et, très vite, devient le porte-drapeau des parents déboussolés. La télé-réalité s'empare de son histoire. Les événements, imprévisibles, s'enchaînent. Le prix à payer pour avoir enfreint la loi du silence sera lourd. Léa sera-t-elle la seule à incarner l'espoir ?

 

Marie Cardinal « Les mots pour le dire et autres romans » – Ed. Grasset

MARIE CARDINALMarie Cardinal est née le 3 mars 1928 à Alger et décédée 9 mai 2001 à Valréas. De 1953 à 1960, elle enseigne la philosophie, à Salonique, Lisbonne, Vienne et Montréal, puis elle collabore à différents hebdomadaires tels que L'Express ou encore Elle. Ses romans ont été lus et traduits dans le monde entier. 12 ans après sa mort, ses filles publient une grande partie de son œuvre (14 romans), dont Les mots pour le dire (1976) qui s’est vendu à plus de 3 millions d’exemplaires et traduit dans une vingtaine de langues. C’est le récit de ses huit années de psychanalyse, lui attire les foudres de certains psychanalystes et lui apporte la reconnaissance internationale (la traduction en anglais sera préfacée par Bettelheim, il sera adapté au cinéma par José Pinheiro, avec Nicole Garcia et Marie-Christine Barrault).

 

« Le démon du soir ou la ménopause héroïque » de Florence Cestac -  BD - Ed. Dargaud

DEMON DU SOIRDans Le Démon du soir ou la Ménopause héroïque, Florence Cestac aborde, avec l’humour qui lui est propre, un sujet jusqu’alors inédit dans la bande dessinée : le cap de la soixantaine… Le Démon du soir ou la Ménopause héroïque raconte l’histoire de Noémie qui découvre le résultat de sa mammographie : « Mais comment ça “deux petites boules” ? Je suis censée faire quoi avec ça ? » La soixantaine, presque arrivée à la retraite et, maintenant, le crabe ? Comme une prise de conscience foudroyante, cette menace sonne la fin de la vie telle que Noémie la connaissait. Maintenant elle va s’occuper un peu d’elle ! Largué, le conjoint ; largué, le boulot ; larguées, les contraintes ; larguez les amarres ! Le Démon du soir ou la Ménopause héroïque est un one shot qui aborde avec humour l’approche la soixantaine, le temps qui passe et la maladie

 

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 16:10

 

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

« Légionnaires – Portraits » de Jean-B. Degez et Henri Weill – Ed. Nimrod/Movie Planet

LEGIONNAIRES PORTRAITSFruit d’un travail de plus de 5 années, le beau livre Légionnaires, portraits, permet de pénétrer l’univers des légionnaires depuis la première journée de leur engagement jusqu’à la fin de leur vie dans la célèbre institution de retraite de la Légion à Puyloubier. Le photographe Jean-Baptiste Degez, qui a suivi ces hommes en France, mais aussi à Djibouti ou en Guyane, a réussi à les convaincre de dévoiler leurs visages et leurs traditions devant son objectif. Sa galerie de portraits intimistes ou de scènes de vie est mise en valeur par des textes du journaliste Henri Weill qui sont autant d’anecdotes et de tranches de vie où l’extraordinaire côtoie l’incroyable. Avec eux, nous partons à la rencontre d’hommes venus d’Europe, d’Asie d’Afrique ou d’Amérique qui partagent avec nous leurs souvenirs émouvants, drôles ou tragiques.

 

« La Légion étrangère - Histoire et dictionnaire » d’André-Paul Comor et d’Etienne de Montety – Ed. Robert Laffont 

LA LEGION ETRANGERESingulière à plus d’un titre, la Légion étrangère occupe une place à part dans l’armée française depuis sa création en 1831. Longtemps objet de la curiosité inquiète du public ou de l’hostilité de certains pays pourvoyeurs d’engagés volontaires, elle a réussi à surmonter toutes les crises menaçant son existence. Le halo de mystères qui l’entourait à l’origine a laissé le champ libre à un imaginaire que la presse, la littérature et le cinéma ont largement contribué à diffuser jusqu’à nos jours.

 

« Le Purgatoire des innocents » de Karine Giebel – Ed. Fleuve Noir

KARINE GIEBEL - PURGATOIRE"Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. C’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces. Je m’appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là… Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit…"

 

« W3 le sourire des pendus » de Nathalie Hug et Jérôme Camut – Ed. Telemaque

Haut du formulaire

Bas du formulaire

CAMUT HUGLara Mendès, jeune chroniqueuse télé, enquête sur le marché du sexe et ses déviances. Elle disparaît sur un parking d'autoroute... Désemparés par la lenteur de l'enquête, ses proches reçoivent le soutien de Léon Castel, fondateur d'une association de victimes.
Sa fille Sookie, policière hors norme, a enquêté sur une triple pendaison qui semble liée à l'affaire. Qui a enlevé Lara? Pourquoi? Où sont passés ces enfants et ces jeunes femmes dont les portraits s'affichent depuis des mois, parfois des années, sur les murs des gares et des commissariats? Réseaux criminels ou tueurs isolés?

 

« Avant d'aller dormir » de S.J. Watson – Ed. Pocket

SJ-WATSON-AVANT-D-ALLER-DORMIR-copie-1.gifA la suite d'un accident survenu une vingtaine d'années plus tôt, Christine est aujourd'hui affectée d'un cas très rare d'amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu'elle a en fait 47 ans et qu'elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu'elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

 

« Quand rentrent les marins » d’Angela Huth – Ed. Quai Voltaire

QUAND RENTRENT LES MARINSMyrtle est aussi réservée, sage et modeste qu'Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port perdu au fin fond de l'Écosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le lot quotidien est lié à chaque caprice de l'océan, au retour de leur homme, aux rumeurs qui enflamment tout le village dès qu'un étranger en frôle le pavé... Patiemment, Myrtle s'emploie à calmer les tocades passagères de son amie et à pallier sa négligence à l'égard de Janice, l'unique fille d'Annie. Jusqu'au jour où survient le pire, et où le drame emporte avec lui tous les remparts contre les déchaînements des passions. Contre ces non-dits qui éclatent avec d'autant plus de force qu'ils ont été si savamment et si longtemps protégés.

 

« Des livres et une Rolls » de Frances Scott FitzGerald – Ed. Grasset

DES-LIVRES-ET-UNE-ROLLS.gifDes livres et une Rolls est l'ultime recueil d'inédits de Scott Fitzgerald en France. Ce choix d'interviews données par Fitzgerald à ses flamboyants débuts - sa carrière avançant et les échecs commerciaux croissant, on l'interviewe de moins en moins - montre un jeune homme dont la beauté et l'affabilité charment les journalistes. Sérieux et moqueur à la fois, espiègle et brillant, il répond (quelquefois en compagnie de Zelda) avec esprit aux questions littéraires, intimes et parfois politiques des journalistes qui se pressent à la porte de celui qui passe alors pour un jeune prodige. L'inventeur des flappers et le découvreur de l'"âge du jazz" brille ici de toute son intelligence et de toute sa gaieté

 

« Fitzgerald - Le désenchanté » de Liliane Kerjan – Ed. Albin Michel

FITZGERALD DESENCHANTED'un côté un jeune écrivain marié à une femme excentrique, beau, talentueux, icône de l'Ère du Jazz, et qui, dès son premier roman, L'Envers du paradis, connaît un succès foudroyant. De l'autre, la chute vertigineuse d'un couple qui sombre dans l'alcool, la pauvreté et la folie. Celui que Philippe Sollers appelle le « vaincu exemplaire » et Eric Neuhoff le « romantique absolu » est avant tout un écrivain qui, toute sa vie, tente de régler le conflit entre son besoin irrésistible d'écrire et « un concours de circonstances acharnées à l'en empêcher ». Fitzgerald ne ment jamais ni quand il se saoule, ni quand il se bat, ni quand il fait face aux humiliations, ni quand il revendique son goût du travail bien fait, ni quand il erre de casinos en hôtels. On le découvre ici dans son intimité, en père attentif qui s'occupe de sa fille Scottie, ne délaisse jamais Zelda, et qui se ruine la santé pour gagner l'argent nécessaire à l'entretien de son petit monde. Quand il meurt en 1940, il n'a que 44 ans, plus un sou en poche, et ses livres ont déserté les rayons des librairies. Il venait de se remettre au travail et avait entrepris l'écriture du Dernier Nabab.

 

« Dans L'ombre des Tudors » d’Hilary Mantel – Sonatine

HILARY MANTELAngleterre, 1520. Règne des Tudors. Le roi Henri VIII n'a pas de fils pour lui succéder. Situation préoccupante qui pourrait entrainer le pays sur le chemin de la guerre civile. Aussi décide-t-il de divorcer de Catherine d'Aragon, avec qui il est marié depuis plus de 20 ans pour épouser Anne Boleyn, dont il est tombé amoureux. Son conseiller, le cardinal Wolsey échouant à obtenir l'accord du pape, un jeune homme plein de fougue et de ressources va peu à peu entrer dans les bonnes grâces du roi et l'aider à vaincre l'opposition. Son nom : Thomas Cromwell. Ambitieux, idéaliste et opportuniste à la fois, fin politicien et manipulateur né, celui-ci est au début d'une carrière qui va modifier profondément et durablement le visage du royaume.

 

 

Jean-Charles Baudet-Plazolles

Libraire - Les Milles et une Pages - Paris

 

« Code 93 » d’Olivier Norek – Ed. Michel Lafon

CODE 93Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits. Une série de découvertes étranges, un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par auto-combustion, l'incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3. Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses… Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l'expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés

 

« Le temps, le Temps » de Martin Suter – Ed. Christian Bourgois

MARTIN SUTERPeter Taler peine à continuer à vivre : depuis que son épouse Laura a été tuée au bas de leur immeuble, le chagrin et le désir de vengeance l'assaillent. Il est toutefois décidé à mener sa propre enquête. Les indices sont faibles. Seule demeure une infime impression du jour tragique : quelque chose, dans son panorama quotidien, n'est plus pareil. Son voisin Knupp ne cesse de l'observer par la fenêtre et semble s'adonner à de mystérieuses activités. Les deux hommes font peu à peu connaissance, jusqu'au jour où Knupp parvient à enrôler Taler dans son projet fou : celui de mettre le temps en échec et, avec lui, la disparition de sa femme.

 

« Fantôme » de Jo Nesbo – Ed. Gallimard

JO NESBOTrois ans après avoir démissionné de la police norvégienne et s'être exilé à Hong Kong, Harry Hole revient à Oslo. Mais, cette fois-ci, l'affaire s'annonce plus difficile que prévue, intime et douloureuse : Oleg, le fils de Rakel, le grand amour de Harry, a été arrêté pour le meurtre d'un dealer avec lequel il s'était acoquiné. Tout semble accabler le jeune homme. Ne manque plus que le mobile. Très vite, Harry découvre que la victime et Oleg officiaient pour un mystérieux groupe de dealers, dirigé par quelqu'un dont on ne sait pour ainsi dire rien, hormis son nom : Dubaï. L'apparition de Dubaï à Oslo a coïncidé avec celle d'une nouvelle drogue dans les bas-fonds de la ville, la fioline, une substance créant une dépendance très forte mais qui n'est pas aussi destructrice que d'autres stupéfiants comme l'héroïne. Alors que la corruption semble gangréner les différents échelons du pouvoir politique et de la police locale, Harry met, sans le savoir, les pieds dans une fourmilière criminelle et va très vite devenir la proie des différents malfrats qui œuvrent dans l'ombre pour le maintien d'un statu quo.

 

« Immortelle randonnée ; Compostelle malgré moi » de J-C. Rufin – Ed. Guérin

JC RUFINJean-Christophe Rufin a suivi à pied, sur plus de huit cents kilomètres, le "Chemin du Nord" jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice. "Chaque fois que l'on m'a posé la question : "Pourquoi êtes-vous allé à Santiago?", j'ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l'ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager ? On est parti, voilà tout.


 

Valérie Expert

 

Dans la Collection Audiolib…

GATSBY AUDIOLIB« Gatsby le magnifique » de Francis Scott Fitzgerald

Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C'est l'époque de la Prohibition et des fortunes rapides. En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche. Mille légendes courent sur son compte, qui n'empêchent pas les gens chics - et moins chics - de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses. Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire. Le jour où l'espoir de conquérir sa bien-aimée s'évanouit, la fête prend fin brutalement...

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

Karine Giebel…

KARINE GIEBEL« Purgatoire des innocents » – Ed. Fleuve Noir

"Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. C’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces. Je m’appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là… Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit…"

 

KARINE GIEBEL POCKET« Meurtre pour rédemption » - Ed. Pocket

Si jeune, Marianne devrait être insouciante et rêver à l’avenir, des projets plein la tête. Mais son seul rêve, c’est la liberté. Car Marianne est en prison. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l’univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les brimades, les coups, les humiliations. La tête haute, toujours. Elle s’évade parfois, grâce à la drogue qu’elle paye en nature, grâce aux romans qu’on lui laisse lire, grâce à ses souvenirs aussi. Grâce au bruit des trains, véritable invitation au voyage. Elle finit par apprendre l'amitié, la solidarité, et même... la passion. Mais sans aucun espoir de fuir cet enfer, hormis dans ses rêves les plus fous. Et puis un jour, l’inimaginable se produit. Une porte s’ouvre au parloir. Trois hommes, trois flics lui proposent un odieux marché, lui offrant une possibilité de quitter ce purgatoire. Mais en échange de sa liberté elle devra tuer pour eux. Des derniers meurtres à commettre… pour rédemption

 

 

« Sinatra et la mafia » de Véronique Chalmet – Ed. Payot

SINATRA ET LA MAFIAFrank Sinatra (1915-1998) n'a jamais tué personne et s'est toujours défendu de tout rapport avec la mafia ; pourtant les gangsters peuplèrent sa vie, tant professionnelle que privée. Il fut l'ami du parrain des parrains, Lucky Luciano, et l'ambassadeur des patrons de la pègre auprès du clan Kennedy. Bien loin de l'image policée que le crooner donnait à ses fans, il partageait beaucoup plus que les origines italiennes des mafieux ; il avait fait siens leurs codes, leurs moeurs, leur soif de pouvoir. Succès, fric, femmes et influence : seul un pacte avec le diable pouvait exaucer les désirs de "Big Frank". Avec des amis aussi susceptibles, le véritable talent de cet artiste en eaux troubles fut de rester en vie. C'est la première fois qu'un livre sur Sinatra explore ses relations avec la mafia de manière sérieuse, mais dans un style qui confère à une sombre réalité les accents d'un roman noir

 


Valérie Clo « Les gosses » - Ed. Buchet-Chastel

VALERIE CLOUne mère, la quarantaine, divorcée, légèrement dépassée. Et ses trois gosses : deux ados et une petite fille. Situations désopilantes, moments de crise et fous rires. Le portrait sans fard d'une famille du XXIe siècle.

 

 

 

 

 

« Demain, j’arrête ! » de Gilles Legardinier – Ed. Pocket

DEMAIN J ARRETEComme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

 

 

« Fragonard, l'invention du bonheur » de Sophie Chauveau – Ed. Gallimard

SOPHIE CHAUVEAUParis 1761, dans le rougeoiement crépusculaire de la monarchie, une couleur nouvelle apparaît, un «jaune vie» éclatant, qui va révolutionner d'un sourire l'art pictural. Fragonard invente le bonheur... Précurseur des impressionnistes, premier conservateur du futur musée du Louvre, il pose un regard nouveau sur l'amour, ivre de couleur et de lumière. Sophie Chauveau brosse avec un formidable luxe de détails, la fresque foisonnante et méconnue des soixante-quatorze années d'existence du grand peintre.

 

 

« Le dictionnaire amoureux de la Bretagne » de Yann Queffelec – Ed. Plon

YANN QUEFFELECMa Bretagne est d’Armor, le pays dans la mer. Elle est d’Armor, elle est d’Argoat – mer et forêts –, arrimée par l’ouest à ses destinées atlantiques, et par l’est à la pointe aiguë du socle européen. On y allait en train quand j’étais enfant. Le Paris-Brest à vapeur des années 50, la moleskine olivâtre du compartiment pour huit, les œufs durs écalés sur les genoux, neuf heures de rail sans voir la mer ou si peu vers Saint-Brieuc. Ma Bretagne est d’abord le pays des miens. Ma mère, Yvonne, la première à me bercer de chansons marines et d’histoires. Mon père, Henri Queffélec, l’homme et l’écrivain que j’ai le plus admiré, le bel indifférent aux yeux d’horizon. Entre nous, l’Armor est mon pays usuel, mon pays définitif, j’y naîtrai toujours.

 

 

Xavier de Marchis

Libraire – Contretemps – Paris

 

« L’invisible » de Robert Pobi – Ed. Points

ROBERT POBIMontauk, Nouvelle-Angleterre. Jack Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, Jacob Coleridge, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer. Son état a récemment empiré et une crise de démence l’a conduit à l’hôpital. Si ses jours ne sont pas en danger, ses moments de lucidité sont rares. Jack, qui a le corps entièrement tatoué d’un chant de L’Enfer de Dante, souvenir d’une jeunesse perturbée, est lui aussi un artiste en son genre. Travaillant en indépendant pour le FBI, il possède un don unique pour lire les scènes de crime et entrer dans l’esprit des psychopathes. Alors qu’un terrible ouragan s’approche des côtes, Dan Hauser, le shérif de la ville, profite de la présence de Jack pour lui demander de l’aider à résoudre un double assassinat, celui d’une femme et d’un enfant dont on ignore les identités. Devant la méthode employée par le tueur, Jack ne peut s’empêcher de faire le lien avec un autre crime, jamais résolu, le meurtre de sa mère lorsqu’il avait 12 ans. Alors que le village est bientôt coupé du monde par la tempête, les meurtres se succèdent et Jack est bientôt convaincu que son père connaît l’identité de l’assassin.

 

 

« L'Hypnotiseur » de Lars Kepler – Ed. Actes Sud / Babel noir

LARS KEPLERDans une maison de la banlieue de Stockholm, une famille est sauvagement assassinée. Seul un garçon échappe au massacre, mais il navigue entre la vie et la mort, inconscient. L'inspecteur Joona Linna décide alors de recourir à un hypnotiseur pour pénétrer le subconscient du garçon et tenter de revoir le carnage à travers ses yeux… Un roman policier d'une intelligence redoutable doublé d'un thriller terrifiant.

 

 


« Un homme effacé » d’Alexandre Postel – Ed. Gallimard

ALEXANDRE POSTELDamien North est professeur de philosophie dans une université cossue. Veuf, il mène une vie triste et solitaire. Mais un jour, il est embarqué par la police qui l'accuse d'avoir téléchargé sur son ordinateur des images provenant d'un réseau pédophile... L'affaire fait grand bruit, d'autant que Damien est le petit-fils d'Axel North, figure politique historique. L'inculpé a beau se savoir innocent, chacun se souvient d'un geste, d'une parole qui, interprétés à la lumière de la terrible accusation, deviennent autant de preuves à charge. Même une banale photo de sa nièce, unique enfant de son entourage, ouvre un gouffre d'horribles suppositions. Le terrible engrenage commence tout juste à se mettre en marche.

 

 

« Remonter la Marne » de Jean-Paul Kauffmann – Ed. Fayard

JP KAUFFMANNRemonter à pied la Marne depuis sa confluence avec la Seine jusqu’à la source est une odyssée à travers les odeurs, des paysages encore intacts traversés par une étrange lumière, la rambleur. Villages aux devantures vides, églises fermées, communes démeublées mais nullement moribondes, cette France inconnue se découvre pas à pas. Seule la marche permet un rapport profond au temps, au silence, aux rencontres. Une géographie imprévue se dessine, l’aventureuse histoire de notre pays, riche en coups de théâtre, s’y révèle à la lumière du présent. Vulnérable, la Marne est depuis toujours la rivière du sursaut. La grâce surabonde dans cette Champagne marquée par le jansénisme. L’auteur y a découvert la France des conjurateurs, ces indociles qui résistent à la maussaderie des temps présents et conjurent les esprits maléfiques d’aujourd’hui. Remonter la Marne, ce n’est pas revenir en arrière et pleurer le passé, mais au contraire se perdre, chuter pour mieux renaître.

 

 

Valérie Expert

 

« L’aventure pour quoi faire ? » - Manifeste : Sylvain Tesson, Tristan Savin, Olivier Frébourg, Laurent Joffrin – Ed. Points

L AVENTURE POUR QUOI FAIREPeut-on encore vivre l'aventure au XXI siècle alors que le monde entier a été exploré et que l'avancée des technologies interdit de se perdre ? L'aventure peut-elle avoir un sens quand le principe de précaution et la recherche de la sécurité dominent ?

 

 

 

 


Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur


« Romans, nouvelles et récits » (en 2 volumes) de Stefan Zweig – Ed. Gallimard  

ZWEIG COFFRETAu sommaire de cette édition figurent toutes les nouvelles connues à ce jour, dans l'ordre de leur rédaction ou de leur première publication. Ce corpus est complété par l'unique roman de Zweig publié de son vivant, Impatience du cour - célèbre en France sous le titre La Pitié dangereuse - et par ses deux romans inachevés, Ivresse de la métamorphose et Clarissa, qui révèlent un Zweig s'essayant à une écriture nouvelle, plus soucieux des facteurs sociaux et des conséquences morales de la Grande Guerre.

 

 

Angela Huth « Quand  rentrent les marins » Ed. Quai Voltaire

ANGELA HUTHMyrtle est aussi réservée, sage et modeste qu'Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port perdu au fin fond de l'Écosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le lot quotidien est lié à chaque caprice de l'océan, au retour de leur homme, aux rumeurs qui enflamment tout le village dès qu'un étranger en frôle le pavé... Patiemment, Myrtle s'emploie à calmer les tocades passagères de son amie et à pallier sa négligence à l'égard de Janice, l'unique fille d'Annie. Jusqu'au jour où survient le pire, et où le drame emporte avec lui tous les remparts contre les déchaînements des passions. Contre ces non-dits qui éclatent avec d'autant plus de force qu'ils ont été si savamment et si longtemps protégés..

 

 

« Un ethnologue chez le coiffeur » de Michel Messu – Ed. Fayard

MICHEL MESSU ETHNOLOGUE COIFFEURVoilà un livre qui décoiffe ! Nous aimons sentir l'odeur du shampooing, nous écoutons le bruit des ciseaux ou de la tondeuse, nous nous laissons bercer ou amuser par les conversations, nous feuilletons des magazines, et nous sommes parfois surpris de voir notre visage en sortant d'un salon de coiffure. Mais, plus fondamentalement, pourquoi allons-nous chez le coiffeur ? Telle est la question simple que pose Michel Messu, qui travaille depuis de nombreuses années sur le corps. Et la réponse ne réside pas seulement dans le plaisir, la beauté ou la dimension pratique d'une coupe de cheveux. Derrière l'apparente simplicité de ces gestes quotidiens se cachent d'anciens rituels et une puissance symbolique qui expliquent en grande partie nos choix et la façon dont les grandes entreprises de cosmétiques construisent leur publicité pour mieux nous séduire.

 

 

« Eloge de la calvitie » de Synésios de Cyrène – Ed. Arléa

ELOGE CALVITIEAu Ve siècle avant Jésus-Christ, Gorgias avait inauguré un genre littéraire promis à un certain avenir : être habile à défendre les causes à priori les moins défendables. Synésios (né vers 370 après J-C, à Cyrène, en Libye) répond par cet Eloge de la calvitie à l'Eloge de la chevelure de Dion, joute rhétorique où l'humour et le mordant des répliques prennent le pas sur la profondeur du sujet. Exemples savoureux, citations enlevées et ironie piquante animent cette querelle capitale pour ce livre pas très sérieux, écrit par un Grec très sérieux, qu'on allait bientôt faire évêque.

 

 

 « Caroline chérie » Tome 1 (1789-1794) et Tome 2 (1794-1800) de Jacques Laurent – Ed. L’Archipel

JACQUES LAURENT 1JACQUES LAURENT 214 juillet 1789. Au cours d'une balade au bois de Vincennes, Gaston de Salanches entreprend l'éducation sentimentale de Caroline de Bièvre. Des rumeurs menaçantes, venues de Paris, parviennent jusqu'aux oreilles des promeneurs. Bientôt, la vie de femme de Caroline se trouve inexorablement mêlée à l'amour et à la politique. Le destin la guidera à Quimper, en passant par Londres, Quiberon et Cayenne. Dans son périple, notre héroïne sera tour à tour poursuivie par la convoitise des séducteurs et par la persécution des sectaires... Pour conserver intacts son honneur et sa vie, son ardent tempérament la poussera toujours à sacrifier un peu de vertu... pour le plus grand bonheur du lecteur

 

 

Xavier de Marchis

Libraire – Contretemps – Paris

 

« Les secrets du 3ème Reich » de François Kersaudy - Ed. Perrin

FRANCOIS KERSAUDYQui a écrit Mein Kampf ? Que s'est-il passé dans le bunker d'Hitler en avril 1945 ? Himmler versait-il dans l'occultisme ? Quels sont les dessous de l'affaire Rudolf Hess ? Que sait-on des relations féminines du Führer? Qui est responsable de l'incendie du Reichstag ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles ce livre tente de répondre… Si certains de ces mystères ont déjà fait couler beaucoup d'encre, il reste, pour chacun d'entre eux, des ombres, des interrogations, voire des tabous, qui méritaient qu'on mène à nouveau l'enquête… En racontant et dévoilant les principaux secrets du IIIe Reich et de ses dignitaires, François Kersaudy, avec son sens du détail et son talent inimitable de conteur, éclaire d'une lumière nouvelle la part confidentielle du régime nazi. Par un récit parfois surprenant et toujours captivant, il nous entraîne dans les coulisses de l'histoire d'un des régimes les plus ahurissants du XXe siècle.

 

 

« 100 questions sur… Napoléon » de Thierry Lentz – Ed. La Boétie

NAPOLEON THIERRY LENTZNapoléon croyait-il en Dieu ? Avait-il peur de la mort ? Pourquoi portait-il un uniforme de colonel alors qu'il était général ? Fut-il le fossoyeur de la Révolution ? Comment a-t-il géré la dette publique ? Que lui doit-on vraiment ? Quelle est sa relique la plus chère ? Napoléon est l'un des personnages qui fascinent le plus. Malgré la profusion de vastes biographies, il demeure pour l'essentiel un mystère. Thierry Lentz, qui lui a déjà consacré plusieurs ouvrages traduits dans le monde entier, a décidé de faire le point sur cet empereur fascinant. Il pose cent questions à la fois simples et insolites, évidentes comme inattendues, qui explorent le Napoléon intime et s'interroge sur le bilan de son action.

 

 

« Anatomie impertinentes » d’Alain Froment – Ed. Odile Jacob

ALAIN FROMENTA qui douterait de la réalité de l'évolution des espèces vivantes, il suffirait de tendre un miroir : il n'est pas un seul trait de notre anatomie qui ne raconte à sa façon notre épopée évolutive. Notre schéma corporel est très semblable à celui d'un oiseau ou d'un ver, et la plupart de nos fonctions se retrouvent chez les autres animaux. Nos mains ont cinq doigts comme les pattes des lézards, nos yeux, dont le cristallin est analogue à celui des animaux marins, rappellent nos origines aquatiques, comme notre oreille interne dont les os sont déjà présents, affectés à d'autres tâches, chez les poissons. La kératine de nos cheveux est une adaptation à la sécheresse qui date de la sortie des eaux des amphibiens, de même que le nez, bien plus développé que chez les grands singes, est une adaptation aux savanes poussiéreuses qu'arpentait notre ancêtre australopithèque il y a quelques millions d'années. En décrivant le corps humain de la tête aux pieds, ce livre raconte ainsi l'histoire de l'homme depuis ses lointains ancêtres jusqu'aux cyborgs "transhumains" qui nous attendent.

 

 

Peter May – Ed. Actes Sud / Babel noir…

PETER MAY ILE DES CHASSEURS« L'île des chasseurs d'oiseaux »

Chargé de l'enquête sur un assassinat commis à Edimburg, Fin MacLeod est envoyé sur son île natale de Lewis, en Ecosse, quand un second cadavre apparemment exécuté selon le même modus operandi y est découvert. Persuadé que les deux affaires ne sont pas liées, Fin doit composer avec un décor et des gens qu'il a quittés dix-huit ans auparavant... Sur fond de traditions ancestrales d'une cruauté absolue, Peter May compose un roman palpitant parsemé de fausses pistes, de scènes glaçantes et de personnages aussi frustes que menaçants.

 

PETER MAY HOMME DE LEWIS« L'homme de Lewis »

En rupture avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a détruit son mariage, et il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres… il pense pouvoir retrouver dans ces lieux de l’enfance un sens à sa vie. À peine Fin est-il arrivé qu’on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l’amour de jeunesse de Fin, faisant du vieil homme le suspect n° 1. Mais celui-ci ne peut se défendre, perdu qu’il est dans les brumes de sa maladie d’Alzheimer, Fin va donc l’aider. Au rythme des fulgurances qui traversent l’esprit sénile de Tormod, le passé ressurgit, douloureux, dramatique, dévoilant le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux enfants orphelins ou abandonnés que l’Église catholique envoyait sur les îles Hébrides.

 

 

Valérie Expert

 

AFFICHE 120x176 plage ecrivain« La Plage aux écrivains » face au Bassin d’Arcachon se tiendra le week-end du 4 et 5 mai. Près de 30 écrivains seront présents sur le Village « effet mer » pour dédicacer leurs livres et participer aux rencontres littéraires…

 

 

 

 

 

« Duchesse à l’anglaise » de Deborah Devonshire – Ed. Petite bibliothèque Payot

DEBORAH DEVONSHIREDans son agenda, la mère de Deborah Devonshire n’a rien écrit au printemps 1920 sur la naissance de cette sixième fille ; en revanche, elle a n’a pas oublié de noter : « La cheminée de la cuisine a été ramonée. » Pas facile en effet de se tailler une place quand on est la plus jeune des excentriques sœurs Mitford ! L’aînée, Nancy la romancière, fut amoureuse d’un gaulliste de la première heure, la deuxième des animaux et la troisième d’Hitler ; la quatrième se convertit au fascisme et la cinquième au communisme. La petite dernière, elle, a grandi dans la douce campagne anglaise, mais c’est sous les bombes qu’elle épousa à Londres un autre cadet de famille, lequel devint contre toute attente onzième duc de Devonshire. À la fin des années 1950, le couple s’établit à Chatsworth, ce « Versailles anglais » auquel Debo redonna vie et qui fut sans doute le plus grand amour de sa vie. Devenue veuve, elle a emménagé dans un presbytère puis fêté ses quatre-vingt-dix-ans avant de se décider à publier ses mémoires. Parente de Winston Churchill et du président Kennedy, grande amie du peintre Lucian Freud et du prince Charles, la « duchesse douairière » distille l’humour Mitford dans une galerie de portraits qui nous promène de son poulailler jusqu’au champ de courses d’Ascot, et c’est ce même humour qui l’a aidée à supporter les drames d’une existence qui ne fut pas toujours une dolce vita à l’anglaise.

 

 

Jean Yanne, « Tout le monde il est gentil » (Préface L. Gerra) – Ed.Le Cherche-Midi

JEAN YANNAprès On n'arrête pas la connerie, voici le second et dernier volume de l'intégrale Jean Yanne. On y retrouvera en particulier ses sketches, son dictionnaire des mots inventés, son roman L'Apocalypse est pour demain, ainsi que de nombreuses pensées, répliques et anecdotes inédites.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

Grégoire Delacourt « La première chose qu'on regarde » - Ed. JC Lattès

GREGOIRE DELACOURTLe 15 septembre 2010, Arthur Dreyfuss, en marcel et caleçon Schtroumpfs, regarde un épisode des Soprano quand on frappe à sa porte. Face à lui : Scarlett Johansson. Il a vingt ans, il est garagiste. Elle en a vingt-six, et elle a quelque chose de cassé.

 

 

 

 

 

« Les colocs » deVincent Pichon-Varin Ed. Le cherche-Midi

LES COLOCSPrès du Bon Marché, à Paris, six vieux amis âgés de 60 à 85 ans, aux personnalités originales et attachantes, partagent leur quotidien pour adoucir leurs vieux jours dans un grand appartement. Jean, le "précieux" patron du dernier cabaret transformiste de Montmartre ; Kathy, une comédienne sur le retour ; Monica, une ancienne vendeuse du Bon Marché devenue agent de renseignements du quartier ; Paul, ancien détective de l'hôtel Lutetia et vieux séducteur accro au Viagra ; Blanche, une romancière en herbe en quête d'un éditeur, et Honorine, une vieille bougonne neurasthénique. Leur vie s'écoule tranquillement jusqu'au jour où une société foncière vient mettre en péril l'avenir du cabaret en projetant de le remplacer par le premier hôtel de luxe de la butte Montmartre. Notre petite bande va remuer ciel et terre pour tenter de le sauver

 

 

« La déesse des petites victoires » de Yannick Grannec – Ed. Anne Carrière

DEESSE DES PETITES VICTOIRESUniversité de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle. Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique. Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’un génie qui ne savait pas vivre et d’une femme qui ne savait qu’aimer.

 

 

Susan Fletcher – Ed. J’ai Lu…

FLETCHER AVIS DE TEMPETE“Avis de tempête”

Moïra se rend tous les jours au chevet de sa soeur cadette, qu'une chute, cinq ans auparavant, a plongée dans le coma. Année après année, la lassitude gagne Moïra, qui ne se pardonne pas d'avoir été une soeur lointaine. Comme pour rattraper le temps perdu, elle retrace devant la jeune fille inconsciente son existence de fille sauvage et revêche, sensible pourtant, une vraie " fille de la mer " et des vents glacés des Cornouailles.


FLETCHER BUCHER SOUS LA NEIGE“Un bûcher sous la neige”

Au cœur de l'Ecosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d'une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d'Irlande espionner l'ennemi, l'interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s'élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s'efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu'il brûle d'écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi. Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l'attend le supplice d'un agneau.

 

 

« L’intensité de la vie quotidienne » de William Nicholson – Ed. de Fallois

WILLIAM NICHOLSONLaura, 42 ans, archiviste, son mari Henry, un réalisateur qui partage son existence entre Londres et le Sussex, et leurs enfants, Jack et Carrie. L'irruption de Nick, un amour de jeunesse, va bouleverser Laura et remettre en cause toute sa vie. La passion, la famille, les ambitions et les sacrifices, le sexe, le pouvoir, l'argent et Dieu, William Nicholson traite tous les thèmes qui tissent « l'intensité secrète de la vie quotidienne ». Le regard est aigu mais bienveillant, le livre profond et plein d'humour.

 

 

Anthony Trollope « L’Ange d’Alaya » - Ed. L’Herne

ANTHONY TROLLOPELondres, en pleine ère victorienne, Ayala et sa sœur Lucy, orphelines sans le sou, sont adoptées par le frère et la sœur de leur défunte mère. Ayala, belle et séduisante, part vivre chez sa tante, mariée à un riche banquier, tandis que Lucy, moins jolie, s'installe chez son oncle, modeste employé de l'Amirauté. La beauté et le succès d'Ayala auprès des hommes suscitent rapidement la jalousie de sa tante et de ses cousines.

 

 


Stanislas Rigot

Libraire - Lamartine - Paris

 

Anna Funder « Tout ce que je suis » - Ed. Heloïse d'Ormesson

ANNE FUNDERAvec l’avènement du Troisième Reich, l’existence insouciante de quatre jeunes Berlinois bascule. Persécutés, ils s’exilent en Angleterre. Depuis Londres, ils tentent d’alerter le monde, désespérément aveugle, sur la terrible menace que représentent Hitler et le régime nazi. Inspiré d’une histoire vraie, Tout ce que je suis met en lumière la destinée héroïque et tragique de ce petit groupe de militants qui organisèrent au péril de leur vie une résistance acharnée contre la cruauté indicible. Un extraordinaire roman où amour et aveuglement se confondent dans un ballet d’ombres.

 

 

Oleg Steinhauer « L'étau » - Ed. Liana Levi

OLEN STEINHAUERPékin, veille des jeux Olympiques : le colonel-espion Xin Zhu vient de pulvériser le Tourisme, département mythique de la CIA. New York, au même moment : l'agent Milo Weaver a survécu à ce carnage et profite d'une vie enfin normale. Mais son ex-patron, obsédé par la vengeance, disparaît et Milo est rattrapé par le système. Dans une course-poursuite infernale, il lui faudra rester loyal sans se faire manipuler, repérer ses vrais alliés, protéger ses proches et sauver sa peau. Une course téléguidée depuis les confortables bureaux des pouvoirs chinois et américain. Dans ce thriller trépidant, Olen Steinhauer dissèque les rouages du renseignement international et sonde les eaux troubles de la paranoïa et de la trahison.

 

 

Peter Spiegelman « A qui se fier ? » - Ed. Seuil

PETER SPIEGELMANCarr, ex de la CIA, et sa bande s'apprêtent à délester d'une centaine de millions de dollars le banquier Curtis Prager, ancien gestionnaire de hedge funds devenu blanchisseur d'argent sale à grande échelle. De quoi se retirer paisiblement sous les palmiers des tropiques. Leur plan est impeccable, quoique fort tordu, et chacun est un as dans sa spécialité, ce n'est pas là que le bât blesse. Le vrai problème, c'est que Carr n'a aucune confiance en ses hommes, dont la fébrilité et l'indocilité annoncent des moments difficiles. Est-ce parce qu'ils ont la nostalgie de leur ancien chef, Declan, qui a trouvé la mort dans des circonstances mystérieuses lors de leur dernier coup ? Comment expliquer les désobéissances et mensonges qui s'accumulent ? Au fil d'une action portée par une sacrée dose d'adrénaline, Carr est de moins en moins serein. D'autant que leur commanditaire, l'énigmatique Boyce, lui a passé des infos erronées. De quoi devenir paranoïaque, non ? A la croisée des chemins qui relient Les Arnaqueurs, Ocean's Twelve et L'Affaire Thomas Crown, Peter Spiegelman réussit un thriller musclé où la subtilité de la combine n'a d'égale que l'intensité du suspense. Mais son indéniable séduction procède aussi d'une écriture insolente traversée de traits d'humour noir qui fera le bonheur des fans d'Elmore Leonard et du Donald Westlake de la série "Dortmunder".

 

 

Catherine Locandro « L'enfant de Calabre » - Ed. Héloïse d'Ormesson

CATHERINE LOCANDROLorsqu'elle pousse la porte de l'agence de détectives privés Azur Enquêtes, Frédérique a en main une photographie, celle de son père Vittorio, ancien combattant d'Indochine, en compagnie d'une inconnue. A Nice, ville de son enfance, elle espère retrouver la trace de cette femme blonde au teint pâle et au sourire timide. Mais à trente-neuf ans, ce qu'elle souhaite bien plus encore, c'est découvrir enfin qui était ce légionnaire taiseux. Quitte à reconstruire son roman familial. Dans un labyrinthe de souvenirs - de Diên Biên Phu à Cittanova -, de voyages en rencontres, Frédérique convoque ses aïeuls et entrecroise trois générations marquées par la douleur et l'injustice. Entre revenants et fantômes, parviendra-t-elle à démêler sa propre histoire, enchevêtrée telles les rues de Gênes, jusqu'à son issue inattendue ?

 

 

 

Valérie Expert

 

« Nouilles froides à Pyongyang » de Jean-Luc Coatalem - Ed. Grasset

NOUILLES FROIDESNul n'entre ni ne sort de Corée du Nord, le pays le plus secret de la planète. Et pourtant, flanqué de son ami Clorinde, qui affectionne davantage Valéry Larbaud que les voyages modernes, et déguisé en vrai-faux représentant d'une agence de tourisme, notre écrivain nous emmène cette fois sur un ton décalé au pays des Kim. Au programme : défilés et cérémonies, propagande tous azimuts, bains de boue et fermes modèles, mais aussi errances campagnardes et crises de mélancolie sur les fleuves et sur les lacs, bref l'endroit autant que l'envers de ce pays clos mais fissuré. Un journal de voyage, attentif mais distant, amusé parfois, jamais dupe, dans ce royaume énigmatique dont un diplomate américain affirmait récemment que l'on en savait moins sur lui que sur... nos galaxies lointaines

 


« Histoires insolites des écrivains et de la littérature » de Marc Lefrançois – Ed. City  

HISTOIRES INSOLITES DES ECRIVAINSSavez-vous que Gérard de Nerval était tellement dérangé qu'il fut surpris en train de promener un homard en laisse ? Que, sentant la mort arriver, Flaubert s'exclama : « Je vais mourir et cette pute de Bovary va vivre! », Qu'il est arrivé à Claudel de recopier cinquante fois certains manuscrits pour pouvoir les vendre comme des autographes originaux ? Que Cocteau surprit Gide dans une chambre d'hôtel avec un jeune liftier agenouillé devant lui et, pour s'excuser, bredouilla : Il me recoud un bouton... Et saviez-vous que lire peut tuer ? Un New Yorkais passionné de lecture est mort écrasé sous des piles de livres effondrées dans son appartement... Ce sont autant d'anecdotes insolites sur la littérature et les écrivains qui sont racontées dans ce livre instructif, mais qui ne se prend jamais au sérieux. Découvrez ces petites histoires et ces à-côtés qui donnent une vision surprenante, amusante et passionnante du monde des livres

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

Francis Huster « Albert Camus : Un combat pour la gloire » - Ed. Le Passeur

FRANCIS HUSTERCe livre se présente comme un vaste monologue, sorte de testament imaginaire que nous aurait légué Camus. "Je suis revenu de la mort pour parler aux générations futures. Parce que je ne veux pas qu’on leur mente. Et qu’elles subissent ce que nous avons dû souffrir, comme un aboutissement logique". C’est donc véritablement Camus (1913-1960) qui se raconte ici à travers Francis Huster. On observe ainsi l’auteur du Mythe de Sisyphe méditant sur sa vie et la société de son temps au fil des thèmes qui parcourent son œuvre : la justice, la politique, la religion, son enfance, l’Algérie, le terrorisme, le nazisme, la France de Vichy, l’artiste, Dieu, la liberté, la révolte, le nihilisme… Le comédien, qui partage avec l’écrivain la passion du théâtre et qui a adapté avec succès La Peste sur scène, nous fait redécouvrir cette voix essentielle penchée sur le destin de l’humanité.

 

 

« Film noir » de Dimitris Stefanàkis – Ed. Viviane Hamy

FILM NOIR DIMITRIS STEFANAKISQui fut Basil Zaharoff ? Un marchand d'armes d'origine grecque, un financier redoutable, un espion ? Tout cela et bien plus, probablement. Une figure de l'ombre, machiavélique, manipulateur, qui sut infléchir le cours de l'Histoire, simplement pour assouvir son goût du pouvoir allié à l'argent. Paris, veille de la Seconde Guerre mondiale. Au Café de la Paix, un jeune journaliste, Philippe Thébaut, rencontre quotidiennement Miguel Tharabon, un vieil anarchiste espagnol ami de Basil - décédé trois ans auparavant -, et objet de tous leurs entretiens. Obsédé par les histoires extravagantes qui auréolent l'aventurier génial, il entend faire la lumière sur le personnage. Au fil des rendez-vous, il prend la mesure de l'influence du Grec sur les événements politiques et diplomatiques qui jalonnèrent les années 1880 à 1930, et fait émerger une autre facette, inattendue et capitale : sa passion, exclusive, inconditionnelle et clandestine pour Maria del Pilar, duchesse de Marchena, mariée contre son gré à un Bourbon d'Espagne fou. Fresque historique aux allures de roman d'espionnage, Film noir multiplie les éclairages sur les zones d'ombre de celui que la presse de l'époque avait surnommé "L'Agent de la mort". Et dessine le portrait paradoxal d'un intrigant des plus charismatiques, engendré, littéralement, par les soubresauts d'une Europe et d'un monde dirigés par les grandes puissances trop sûres d'elles pour voir se profiler le déclin des empires coloniaux qu'annonce le XXème siècle... En suivant les stratégies mégalomanes de Basil, le lecteur, fasciné, touche du doigt le processus inéluctable de l'Histoire.

 

 

« Le diable s'habille en Voltaire - Voltaire mène l'enquête » de Frédéric Lenormand –Ed. JC Lattès

FREDERIC LENORMANDVoltaire a enfin trouvé un adversaire à sa mesure : le diable en personne ! Belzébuth sème des cadavres à travers Paris, au point que l'Eglise, soucieuse d'éviter tout scandale, fait appel au célèbre philosophe pour mener une enquête discrète. Dans un Paris des Lumières encore très empreint de croyances irrationnelles, où vampires, démons et morts-vivants semblent se promener à leur gré, qui d'autre envoyer sur leurs traces qu'un philosophe connu pour ne croire en rien ? Il ne reste plus à Voltaire qu'à montrer ce que peut la philosophie contre la superstition.

 

 

« Berenice 34-44 » d’Isabelle Stibbe – Ed. Serge Safran Editeur

BERENICE1934. Bérénice, adolescente juive, entre au Conservatoire contre la volonté familiale. La jeune fille, au prénom prédestiné, entame sa formation théâtrale dans la classe de Louis Jouvet. Sa vie est désormais rythmée par l’apprentissage des plus grands rôles du répertoire, elle croise Jean Gabin, Jacques Copeau, Jean-Louis Barrault… Admise à la Comédie-Française, Bérénice de Lignières devient une comédienne de renom. La montée du fascisme en Europe, les tensions politiques en France, les rivalités professionnelles, les intrigues amoureuses, rien n’entache le bonheur de Bérénice. Mais au tout début de l’Occupation, avant même la promulgation des lois raciales, la maison de Molière exclut les Juifs de sa troupe. La brillante sociétaire, qui avait dissimulé ses origines, est alors rattrapée par son passé. Sous les ors et les velours de la Comédie-Française, au cœur du Paris de l’Occupation, vont se jouer les actes d’un drame inédit : celui d’une actrice célèbre prise au piège d’une impitoyable réalité. Une trajectoire captivante de femme et d’artiste qui rend justice, à sa façon, aux destins brisés par la folie meurtrière de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

« Françoise Giroud vous présente le Tout-Paris » - Ed. Gallimard

FRANCOISE GIROUD« Les textes réunis ici ont un demi-siècle d'âge, ce qui devrait les disqualifier. Les articles sont vite écrits pour être vite lus et oubliés. Mais ceux-ci ont lancé, en leur temps, un genre, le Portrait, qui n'existait pas dans la presse française. J'en avais découvert le modèle dans The New Yorker sous la plume souveraine de Janet Flaner, et j'avais pensé : "Voilà quelque chose que je saurais faire peut-être." Alors, quand le directeur de France Dimanche m'a dit : "Il me faut un papier de vous chaque semaine, vous avez une idée ?" J'ai répondu : "Oui. Un portrait dans l'actualité." Et c'est parti. " " Percer l'homme ou la femme sous les masques de la notoriété, discerner le vrai talent qui va éclater du faux génie en vogue, c'est très amusant. » Et c'est ce que nous propose Françoise Giroud à travers les portraits de personnalités telles que François Mitterrand, Christian Dior, Joseph Kessel, Gérard Philippe, Edith Piaf. Et une cinquantaine d'autres.

 

 

Jeanne et Tristan Auber « Bonjour jeune beauté ! » - Ed. Bayard

JEANNE ET TRISTAN AUBERIls ont enfin décidé de s'en parler, de partager leurs souvenirs, leurs émotions et leurs blessures, sur ces vingt années de vie avec Julie, leur fille aînée, porteuse d'une anomalie génétique rare, source de handicaps multiples. A l'occasion d'un déplacement professionnel, le couple s'échange des lettres, une correspondance s'instaure, les récits se mêlent : le jour de la naissance ; les crises parfois violentes ; les consultations répétées et souvent désespérantes ; les courriers adressés à tant de spécialistes, tant d'institutions et les pages écrites en secret. Quelques belles rencontres enfin, comme celle de ce médecin qui le premier sut accueillir Julie par un : "Bonjour, jeune beauté !" Le témoignage d'une famille debout, mais au prix d'une lutte quotidienne épuisante, qui interroge la société tout entière sur sa capacité à regarder autrement la déficience intellectuelle.

 

 

Valérie Expert

 

« Petite bibliothèque de poésie - 12 volumes » - Ed. Gallimard / Télérama

BIBLIO POESIE« À côté des anthologies traditionnelles de la poésie française qui offrent un panorama d'ensemble, regroupant de nombreux poètes représentés par quelques poèmes, la Petite bibliothèque de poésie ici proposée instaure une autre approche. Il s'agit d'un parcours, du XVe au XIXe siècle, en compagnie de ceux qui ont inventé, transformé, célébré, bousculé la langue et le chant poétiques. Choix bien sûr non exhaustif, mais à coup sûr dynamique, éclairant, qui s'en tient à une suite d'auteurs essentiels, en consacrant à chacun un livret particulier afin de mieux respecter son génie propre. De François Villon à Arthur Rimbaud, avec Charles d'Orléans, Maurice Scève, Pierre de Ronsard, Théophile de Viau, Jean de La Fontaine, Marceline Desbordes-Valmore, Victor Hugo, Gérard de Nerval, Charles Baudelaire et Paul Verlaine pour jalons, c'est une polyphonie de voix singulières qui se fait entendre ; c'est l'expression d'une langue commune qui, pourtant, conjugue des tonalités différentes, des accents inédits, des pensées souvent contraires.» André Velter et Fabienne Pascaud.

 

 

KatiaChapoutier « Lost in Jérusalem » - Ed. Le Passeur

KATIA CHAPOUTIERPrenez une jeune femme normale, parisienne, blogueuse, réalisatrice, mère de famille, amante et amie. Curieuse du monde et des autres, mais pas particulièrement calée en histoire des religions et encore moins en sciences politiques. Faites-lui une petite valise rose et lâchez-la dans Jérusalem, avec sa fille de 5 ans qui n’a ni sa langue ni son esprit d’à propos dans sa poche. Que comprend-on de cette ville quand on n’en a pas les codes ? Quelles rencontres peut-on faire quand on se promène librement avec sa candeur en bandoulière ? Qu’apprend-on sur soi-même quand on évolue dans le plus grand bain de spiritualité au monde ? Entre chroniques rieuses et carnet de route, Lost in Jérusalem offre un regard décomplexé sans être simpliste sur la ville trois fois sainte. De quoi émouvoir les amoureux de Jérusalem, passionner ceux qui envisagent de s’y rendre et donner envie aux voyageurs immobiles qui préfèrent lire pour s’évader autrement

 

 

« Limonov » d’Emmanuel Carrère – Ed. Folio

LIMONOVLimonov n'est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l'underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d'un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l'immense bordel de l'après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d'un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement.

 

 

« Il vous choisit » de Miranda July – Ed. Flammarion

MIRANDA JULYA l’été 2009, Miranda July travaille au scénario de son second film, une œuvre attendue et qu’elle peine à achever. Durant ses pauses-déjeuner, elle se met à lire frénétiquement le PennySaver, le journal de petites annonces que tout le monde trouve dans sa boite aux lettres aux États-Unis. Qui est la personne proposant une « grande veste en cuir, 10$ » ? Le découvrir devient soudain une priorité – ou au moins, un très bon moyen d’oublier le scénario. En compagnie de la photographe Brigitte Sire, July sillonne Los Angeles à la rencontre de vendeurs du PennySaver sélectionnés au hasard. Elle découvre à cette occasion treize univers profondément singuliers et émouvants qui exerceront sur son film comme sur elle-même une influence inattendue. Ce livre mêlant avec élégance récit, entretiens et photographies, le tout agrémenté de spontanéité décalée et d’humour pince-sans-rire, est à la fois un autoportrait de l’artiste et une description de l’autre face de l’Amérique, celle de la solitude et du besoin de communiquer malgré tout.

 

 

« L'automne des femmes arabes » de Djemila Benhabib – Ed. H&O

DJEMILA BENHABIBAu printemps 2012, Djemila Benhabib a fait plusieurs séjours au Caire et à Tunis. Avec curiosité et passion, elle s'est imprégnée du quotidien des habitants de ces deux capitales et a partagé leurs préoccupations. Là-bas, elle a pu voir l'histoire en marche, celle de deux grands pays que de courageuses insurrections populaires ont débarrassés de leurs dictateurs. Au cœur du combat pour l'avènement de véritables démocraties dans le monde arabe et musulman, deux batailles décisives sont en train de se dérouler. L'une pour la liberté des femmes; l'autre pour la séparation des pouvoirs politique et religieux. En Tunisie comme en Egypte, les victoires électorales de l'islamisme politique mettent en péril des acquis laïques et progressistes obtenus de haute lutte par le passé. Alors, d'où viendra la lumière ? Djemila Benhabib, avec d'autres, en est convaincue: ce sont les femmes qui achèveront les révolutions du printemps arabe. Voici un livre sensible et lucide qui nous fait découvrir les aspirations de millions de femmes et d'hommes qui ne souhaitent rien d'autre que l'égalité et la justice.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 16:10

 

Gérard Collard

Libraire – La Griffe Noire – Saint Maur

 

« Je te vois reine des quatre parties du monde » d’Alexandra Lapierre - Ed. Flammarion

ALEXANDRA LAPIERREL'épopée de Dona Isabel Barreto, conquistadora des Mers du sud, première et seule femme amirale de l'Armada espagnole. Roman d'aventures et roman d'amour, l'incroyable épopée d'Isabel Barretto est aussi une histoire vraie.

 

 

 

 

 

« Le faucon du Siam » d’Axel Aylwen – Ed. Anne Carrière

AXEL AYLWENEn 1679, Constantin Phaulkon, marin anglais d'origine grecque, débarque dans le royaume du Siam, alors à l'apogée de sa magnificence. C'est aussitôt le coup de foudre. Il adopte le mode de vie local, apprend la langue, s'introduit à la Cour, où son intelligence et son habileté lui vaudront de devenir Barcalon, c'est-à-dire Premier ministre du roi. Arrivé avec l'ambition de faire fortune et l'espoir d'inciter un monarque à changer ses alliances, le Faucon du Siam va trouver un destin de légende. C'est en s'appuyant sur les témoignages et récits de l'époque qu'Axel Aylwen a pu conter l'extraordinaire - et véridique - aventure de Phaulkon, et brosser le tableau foisonnant d'une civilisation splendide et méconnue, mêlant l'érotisme et l'exotisme, le romanesque et l'histoire

 

 

Patrick Pelloux « On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps - Les derniers jours des grands hommes » - Ed. Robert Laffont

PATRICK PELLOUXDélaissant momentanément les urgences de nos maux contemporains qui forment son quotidien, le Dr Pelloux se penche ici sur de curieux patients : quasi morts, et tous illustres. Et si leur agonie en disait plus sur l’époque que l’époque elle-même ? Partant de cette intuition, Patrick Pelloux s’est lancé dans une recherche inédite, à la fois médicale et historique : retracer, au plus près de la vérité clinique et du contexte politico-socioculturel, les derniers moments de ces personnalités qui ont fait l’Histoire. Le résultat en est trente chroniques – de Jésus à Churchill dans l’ordre chronologique –, écrites d’une plume aussi précise qu’un bistouri (pour la vérité des faits), mais également pleine de verve, d’empathie et, souvent, d’humour, voire d’une pointe d’ironie. On y croise des rois, bien sûr (Charles IX, Henri III, Henri IV, Louis XIV…), des révolutionnaires (Danton, Robespierre), des résistants (Jean Moulin), des savants (Marie Curie), mais aussi des soldats (à Waterloo ou le 6 juin 1944), des écrivains (La Fontaine, Voltaire, Balzac, Zola…), des saltimbanques (Molière, Fréhel, Laurel et Hardy), et même un canard (Saturnin) et un faux philosophe (devinez son nom) ! À l’image de son titre emprunté à Molière, un livre très sérieux mais qui ne se prend pas au sérieux, dans lequel on se promène au gré des époques, des thèmes, des personnages, avec le plaisir rare d’apprendre en s’amusant.

 

 

Stanislas Rigot 

Libraire - Lamartine - Paris

 

Tom Wolfe « Bloody Miami » - Ed. Robert Laffont

TOM WOLFEUne invasion armée, c'est une chose, évidemment. Mais Miami est la seule ville d'Amérique – et même du monde, à ma connaissance – ou une population venue d'un pays étranger, dotée d'une langue et d'une culture étrangères, a immigré et établi sa domination en l'espace d'une génération à peine – par la voie des urnes. Je veux parler des Cubains de Miami. Dès que j'ai pris conscience de cette réalité, j'ai trépigné d'impatience : il fallait que j'y aille.
C'est ainsi que j'ai passé deux ans et demi dans la mêlée, en plein cœur de l'immense foire d'empoigne qu'est Miami. Il faut le voir pour le croire ; ou bien (oserais-je le suggérer ?) le lire dans Bloody Miami.

 

 

Amos Oz « Entre amis » - Ed. Gallimard

AMOS OZAu début de la fondation du kibboutz, nous formions une grande famille. Bien sûr, tout n'était pas rose, mais nous étions soudés. Le soir, on entonnait des mélodies entraînantes et des chansons nostalgiques jusque tard dans la nuit. On dormait dans des tentes et l'on entendait ceux qui parlaient pendant leur sommeil. L'idéal de vie en communauté a-t-il résisté à l'érosion du temps pour les habitants du kibboutz Yikha ? Ben Gourion est Premier Ministre, et la société israélienne n'est déjà plus la même que du temps des fondateurs. Alors des questions de principe et de règlement se posent aux kibboutsniks : peut-on par exemple permettre à Henia Kalisch d'envoyer son fils Yotam faire des études à l'étranger - chez son oncle qui, justement, a quitté le kibboutz - et faut-il laisser le petit Youval à la maison des enfants, malgré ses pleurs ? Mais même dans une petite communauté très attachée aux principes idéologiques, les affaires de cour prennent parfois toute la place.

 

 

Sandro Veronesi « XY » - Ed. Grasset

SANDRO VERONESISan Giuda est un petit hameau de 42 âmes perdu dans les montagnes du nord de l'Italie. Chaque matin, à 10 heures, le traineau de Beppe Formento, qui tient un centre équestre de l'autre côté du bois, arrive avec ses quelques touristes, pour une visite éclair du village avant de repartir d'où il est venu. Tous les jours, sans exception. Imaginez donc la consternation des habitants lorsque, par un matin de novembre, le traineau se présente vide sur la place du village, tiré par un seul des deux chevaux, terrorisé et les yeux révulsés. Inquiets, trois hommes, dont le prêtre, partent en motoneige voir ce qui a bien pu se passer. Ils découvrent alors des corps recouverts de neige, Beppe décapité et l'arbre gelé tous les ans au canon à neige pour donner aux lieux une aura de mystère, imbibé de sang. Au même moment, Giovanna, jeune psychiatre à l'hôpital de la ville voisine, se réveille la main et les draps tachés de sang. Une cicatrice vieille de 15 ans s'est rouverte de façon inexpliquée. L'enquête commence, piétine, mais la police et le procureur doivent pourtant présenter leurs conclusions.

 

 

Penny Hancock « Désordre » - Ed. Sonatine

PENNY HANCOCKCeci n'est pas l'histoire d'une petite fille qui disparaît. C'est l'histoire d'une petite fille qui réapparaît… Sonia, la quarantaine, mène une vie confortable dans la jolie maison des bords de la Tamise où elle a grandi. Mais depuis que son mari, Greg, multiplie les déplacements professionnels à l'étranger et que leur fille Kit est partie à l'université, son existence lui pèse. Alors que Greg la presse de quitter Londres pour se rapprocher de lui, Sonia se sent incapable de quitter sa maison, décor d'une jeunesse pour laquelle elle éprouve la plus vive nostalgie.
À l'heure du bilan, elle réalise en effet que son adolescence a été le seul moment vraiment heureux de son existence, celui où les émois et les sentiments ont été les plus forts et les plus purs. Aussi, lorsque Jez, 15 ans, le neveu d'une de ses amies, Helen, vient frapper à sa porte pour emprunter un disque, Sonia, prise d'une pulsion inexplicable, décide de ne plus le laisser partir. Elle se met alors à nourrir une étrange et inquiétante obsession pour la jeunesse de Jez, qu'elle tient séquestré. Lorsqu’Helen signale la disparition du jeune garçon à la police, une enquête minutieuse commence, qui ne tarde pas à s'orienter vers un suspect inattendu.

 

 

Valérie Expert

 

« L’intensité de la vie quotidienne » de William Nicholson – Ed. de Fallois

WILLIAM NICHOLSONLaura, 42 ans, archiviste, son mari Henry, un réalisateur qui partage son existence entre Londres et le Sussex, et leurs enfants, Jack et Carrie. L'irruption de Nick, un amour de jeunesse, va bouleverser Laura et remettre en cause toute sa vie. La passion, la famille, les ambitions et les sacrifices, le sexe, le pouvoir, l'argent et Dieu, William Nicholson traite tous les thèmes qui tissent « l'intensité secrète de la vie quotidienne ». Le regard est aigu mais bienveillant, le livre profond et plein d'humour.

 

 

Repost 0
Published by Les Coups de coeur des libraires: Valérie expert
commenter cet article